Skip to content

Catégorie : Articles

Art: the power to change the world

Olafur Eliasson, insight, coaching, art, power
Olafur ELIASSON – The Weather Project, 2003
– Monofrequency lights, projection foil, haze machines, mirror foil, aluminium, and scaffolding,
26.7 m x 22.3 m x 155.4 m – Installation in Turbine Hall, Tate Modern, London
Photo: Studio Olafur Eliasson

 

Olafur Eliasson (born 1967) is an Icelandic-Danish artist known for sculptures and large-scale installation art employing elemental materials such as light, water, and air temperature to enhance the viewer’s experience.

Eliasson’s views on art inspire us to see and consider differently our relationship with art – of course – but also with work. And, why not, motivate us to bring the power of art inside work.

Here are a few insights taken from a paper he wrote for the World Economic Forum:

 

« Art does not show people what to do, yet engaging with a good work of art can connect you to your senses, body, and mind. It can make the world felt. And this felt feeling may spur thinking, engagement, and even action. »

« I believe that one of the major responsibilities of artists (…) is to help people not only get to know and understand something with their minds but also to feel it emotionally and physically. »

« The important thing is not that we agree about the experience that we share, but that we consider it worthwhile sharing an experience at all. In art and other forms of cultural expression, disagreement is accepted and embraced as an essential ingredient. »

« I am convinced that by bringing us together to share and discuss, a work of art can make us more tolerant of difference and of one another. »

« Art helps us identify with one another and expands our notion of we – from the local to the global. »

 

Olafur Eliasson, weather, insight, art
Olafur ELIASSON – Weather the weather, 2016 – Ordrupgaard, Denmark – Photo: Maria Sattrup.

 

Leave a Comment

Conseils d’un artiste : Mark Rothko

insight, coaching, mark rothko, rothko, conseils
Mark ROTHKO – Orange and Yellow, 1956 – Huile sur toile, 237 x 187 cm

 

Comme le présente la journaliste culturelle Alexxa Gotthardt dans un article paru dans artsy, l’oeuvre et la vie de Mark Rothko (1903-1970) sont une source intarissable à plusieurs points-de-vue. Au-delà du symbolisme et de la psychologie des couleurs, ils nous livrent de précieux conseils pour savoir comment être un artiste ou, tout simplement, vivre et exprimer sa passion.

Suivez votre instinct d’enfant

Dans son essai « New Training for Future Artists and Art Lovers » (1934), Mark Rothko souligne les avantages créatifs d’aborder l’art comme un enfant pourrait le faire, spontanément, sans les directives d’un enseignement dominateur. Raison pour laquelle « leurs peintures sont si fraîches, si vivantes et variées ». Exprimer naturellement nos émotions et nos expériences, comme le font les enfants, pour développer un style unique et traduire notre authenticité.

Que l’on soit donc artiste, salarié ou entrepreneur, unicité, différenciation et authenticité sont des concepts liés et porteurs; la compréhension et l’affirmation de soi, des gages de succès.

Exprimez l’inexprimable

Rothko soulignait que  » la peinture la plus intéressante est celle qui exprime plus ce que l’on pense que ce que l’on voit », à une époque marquée par l’affranchissement de la figuration. Il croyait aussi que les émotions, lorsqu’elles sont transmises par l’abstraction, alimentent aussi des expériences émotionnelles intimes et profondes chez le spectateur  : « On ne peint pas pour les étudiants en design ou les historiens, mais pour les êtres humains. »

La compréhension de soi et de son propre vécu ainsi que leur expression sont en effet les composantes-clés d’une communication efficace.

Supprimez les barrières entre l’observateur et l’oeuvre

Mark Rothko a tenté autant que possible de supprimer ce qu’il considérait comme « des obstacles entre le peintre et l’idée, et entre l’idée et l’observateur », grâce à des compositions de plus en plus abstraites, dépourvues de repères identifiables du monde extérieur, des oeuvres sans titre et dénuées de cadre, permettant aux spectateurs de répondre aux formes qui les remplissaient, plutôt que d’écrire des indices.

Simplicité et ouverture, spontanéité et conscience, pour aller à l’essentiel.

Débarrassez-vous de votre ego

« Je m’exprime sans moi » disait-il encore, affirmant par là que l’ego est un obstacle entre l’oeuvre et le public, détournant l’attention du véritable pouvoir de l’art de susciter des « réactions humaines pures ». C’est que l’on peut percevoir à la lecture de sa biographie « The Artist’s Reality » où l’absence du mot « je » ne laisse pas insensible malgré le développement poussé de théories sur l’art et la créativité.

Souvenons-nous de ce qu’écrivait Nicolas de Chamfort : « On trouve rarement le bonheur en soi, mais jamais ailleurs ».

 

Source: artsy.net

 

Leave a Comment

Six astuces pour stimuler la pratique de la pleine conscience sur votre lieu de travail

Damien HIRST – Smashing Yelllow Ball At Peace Painting, 2008 – Papillons et vernis sur toile, 137 x 137 cm

 

Se concentrer sur l’essentiel, focaliser l’attention sur l’instant présent – qu’il s’agisse d’une tâche ou d’une conversation – sans se laisser distraire par les SMS, emails, appels téléphoniques, réseaux sociaux et publicités n’est pas toujours facile. Pratiquer la pleine conscience avec pour corollaire une diminution du stress et une augmentation de l’efficacité se révèle être parmi les techniques les plus pertinentes sur le lieu de travail.

Toutefois, si pratiquer la pleine conscience est une chose, la promouvoir en est une autre. Comment faire ? Les coachs du Forbes Coaches Council suggèrent plusieurs approches, simples et efficaces. Voici 6 d’entre elles.

  • Montrez l’exemple, joignez le geste à la parole, montrez ce que vous voulez que les autres deviennent. En d’autres termes: soyez une source d’inspiration.
  • Regardez votre réponse d’un autre point de vue. Avant de réagir, atteignez cet état que l’on appelle « 3C » (clair, calme, confiant) et pensez à vos actions du point de vue de l’autre en tenant compte de son point de vue. À elle seule, cette mesure peut contribuer grandement à créer un milieu de travail conscient.
  • Faites des pauses. Le changement dans l’activité physique et mentale crée un espace pour le repos et le régénérescence. Avec un esprit et un corps rafraîchis, de nouvelles idées naîtront et votre engagement sera renouvelé. 
  • Respirez. Arrêtez de parler et commencez à respirer. Respirez pendant que vous êtes assis, pensez à la vie devant vous et parlez en toute conscience avec une intention centrée sur l’être humain.
  • Laissez du temps entre chaque réunion, que celles-ci soient en personne ou virtuelles. Et, à nouveau, respirez. Ceci vous évitera d’être en retard à la réunion suivante ou de quitter la réunion précédente plus tôt, mentalement ou physiquement.
  • Intégrez la pleine conscience dans vos réunions en prenant quelques minutes au début d’une réunion pour méditer, fixer des intentions et prendre quelques respirations. Cela permet à la pleine conscience d’être un élément d’action et d’intégrer la culture de l’organisation. 

 

Source : Forbes.com

Leave a Comment

Comment tirer le maximum d’une journée de congé ?

insight, coaching, repos, egon schiele, énergie
Egon SCHIELE – Schlafendes Mädchen (Jeune fille endormie), 1909 – Gouache, pastel et crayon sur papier, 22 x 22 cm

 

Elizabeth Grace Saunders a raison de nous rappeler que trop souvent nous associons l’idée de vacances à des voyages lointains, sans penser au temps de préparation que ceux-ci exigent de nous et à l’énergie que – paradoxalement – ils nous prennent. Sans compter le stress généré chez certains par la délégation des tâches qui ne pourront être gérées personnellement durant l’absence.

En fait, les vacances n’ont pas besoin d’être grandes pour influencer positivement notre santé et notre bonheur. En fait, prendre fréquemment des « micro-vacances » d’une journée ou moins peut significativement améliorer le sentiment de bien-être et nous apporter ces bouffées d’oxygène indispensables à notre équilibre. Plus faciles à organiser, ne nécessitant pas de réorganisation de travail, elles peuvent même s’étaler tout au long de l’année.

Voici quatre façons d’ajouter des micro-vacances à votre vie :

  • Le temps d’un weekend, deux ou trois jours « ailleurs », dans un lieu dépaysant. Changer de cadre c’est quitter un contexte peut-être aliénant.
  • Une demi-journée voire un jour entier pris pour se consacrer aux tâches non-professionnelles restées en suspens en raison d’un emploi du temps trop chargé. Et, ainsi, acquérir une sensation de liberté.
  • Une heure ou deux pour « socialiser » et voir ces proches que l’on a négligé depuis trop longtemps, sans empiéter sur le temps du weekend peut-être consacré à la famille. Se reconnecter à ceux que l’on aime.
  • Le travail à distance. Sans être stricto sensu un congé, le fait de travailler de chez soi, voire dans un contexte propice à la détente permet d’économiser le temps normalement pris pour se rendre sur le lieu  de travail et peut donc en soi être une bouffée d’oxygène. 

L’éventail de possibilités est vaste et n’exclut en rien ces longues et lointaines escapades qui font rêver. Elles sont néanmoins un soutien essentiel à l’équilibre de notre énergie.

 

Source : hbr.org

 

Leave a Comment

Comment développer de l’empathie pour quelqu’un qui vous ennuie ?

 

coaching, carrière, empathie, gilbert and george
GILBERT and GEORGE – Inner, 1992 – Divers matériaux, en 9 parties, 253 x 213cm

 

Cultiver l’empathie est une façon d’optimiser notre rapport aux autres, en particulier avec les personnes vis-à-vis desquelles nous n’éprouvons pas d’affinité mais avec lesquelles nous sommes obligés de travailler.

Rebecca Knight suggère un approche en plusieurs étapes lorsque quelqu’un nous horripile :

  1. Tout d’abord dépersonnaliser la situation et se demander ce qui nous dérange à ce point. Peut-être notre interlocuteur évoque-t-il en nous une autre personne et les souvenirs que nous avons avec celle-ci.
  2. Ensuite, détecter nos signaux d’alarme, ces indices physiologiques témoignant de notre énervement : accélération de notre rythme respiratoire, augmentation de la température. Prendre quelques respirations profondes pour réguler notre production d’hormones, non pour capituler mais pour rester maître de nos réactions.
  3. Puis, soyez curieux : demandez-vous ce qui fait que cette personne se comporte de la sorte. Ce qui la motive et l’inspire, comme la pression qui s’exerce peut-être sur elle. L’objectif est ici de ressentir la situation selon la perspective de l’autre. Pas forcément de l’accepter ou de l’adopter, juste la percevoir.
  4. Focalisez-vous sur vos points communs, parfois de simples détails qui peuvent exprimer un objectif commun.
  5. Cultivez votre générosité. Accordez lui le bénéfice du doute, ce qui est bien entendu plus facile à faire avec les gens que l’on apprécie. Complimentez tout en restant authentique.
  6. Si tout ceci ne suffit pas, ayez une conversation portant sur votre collaboration. Faire ceci sous l’angle de l’empathie vous déchargera des émotions perturbantes. Et souvenez-vous que votre collègue ressent peut-être à votre égard ce que vous ressentez pour lui.

 

Source: hbr.org

 

Leave a Comment

Comment définir sa mission personnelle ?

insight, coaching, mission, carrière
Keith HARING – Untitled, 1987 – Acrylique sur toile, 100 x 100 cm

 

Que ce soit les générations X ou Y à l’approche de la quarantaine ou à un tournant professionnel ou, plus tôt, la génération Z se distanciant du mode traditionnel de carrière prédéfinie, nombreux sont ceux qui à un moment de leur vie font face à une crise de sens, à un besoin profond d’aligner leur existence avec une forme de contribution dépassant la sphère de leur individualité.

Aborder et gérer cette situation passe par la définition de sa mission.

La consultante Kaitlin Zhang, spécialiste du personal branding, suggère une approche reposant sur les réponses à 7 questions que chacun peut se poser pour définir sa propre mission :

  1. Quel est pour vous un problème majeur dans ce monde ?

  2. Qu’avez-vous l’intention de réparer ?

  3. Pourquoi faites-vous ce que vous faites ? Et pourquoi cela ? Et pourquoi cela ? …voire « pour quoi ? »

  4. Qu’est-ce qui, dans votre expérience passée, vous passionne à ce sujet ?

  5. A quoi ressemblerait la meilleure version de vous-même ?

  6. En quoi êtes-vous différent des autres personnes qui font des choses similaires ?

  7. Votre mission est-elle suffisamment spécifique pour la différencier de celle des autres ?

Que ce soit en complément ou en parallèle de la définition de votre ikigai, ce type de réflexion participe à une meilleure connaissance de soi ainsi qu’à un épanouissement professionnel.

Alors, quelle est votre mission personnelle ?

  

Source : inc.com, kaitlinzhang.com

  

Leave a Comment

Comment augmenter votre agilité émotionnelle?

insight, coaching, agilité émotionnelle, Alexei Mikhailovich GRITSAI
Alexei Mikhailovich GRITSAI – Evening in the birch grove, 1989-1994 – Huile sur papier maroufllé sur carton, 64.5 x 90.5 cm

 

Des études montrent que l’intelligence émotionnelle (c’est-à-dire la capacité de comprendre vos émotions – et celles des autres – pour guider votre réflexion et votre comportement) et l’agilité expliquent 58% de la performance des leaders. Ces études montrent également que 90% des personnes les plus performantes ont une intelligence émotionnelle particulièrement élevée.

Alors, comment augmenter votre agilité émotionnelle ?

Christine Comaford propose un processus en 7 étapes :

  1. Lâchez prise et élargissez le champ des possibles.
  2. Intensifiez le rapport avec vous-même, construisez des « muscles mentaux » et apaisez votre esprit.
  3. Trouvez, donnez du sens et choisissez l’histoire que vous voulez raconter.
  4. Ancrez le résultat souhaité et rendez le succès inévitable pour vous-même ainsi que pour les autres.
  5. Engagez-vous, participez, intensifiez vos relations avec les autres : vous apporterez ainsi l’agilité émotionnelle à votre tribu.
  6. Développez cette agilité tribale afin de maintenir le changement.
  7. Étendez ce pouvoir tribal : votre tribu surmontera n’importe quel obstacle, prospérera grâce à la rétroaction et redéfinira ce qu’il y a de mieux pour elle.

 

Source: Forbes.com

 

Leave a Comment

 

ICF Coaching Week

 

International Coaching Week 2018

 

International Coaching Week is a global celebration and an opportunity to experience professional coaching. During this weeklong celebration, International Coach Federation (ICF) encourage individuals and organizations all over the world to understand and explore, and to test and discover the possibilities that coaching provides.

From 14th to 18th May, ICF coaches from around the world celebrate their profession with special events and offers. This year Insight & Coaching offer free coaching sessions, in person or online!

 


Brussels (Woluwé-St-Lambert)
Discover what professional coaching is with Cedric Lefebvre.

Five of you will receive a first coaching session of one hour, in person or online, free of charge. Find out how to better manage your stress, harmonise your private and professional lives, strengthen your self confidence or drive a desired career change with an Executive & Career Coach.

+32.472 67 02 68
cedric@insightandcoaching.com
 

 
Brussels (Ixelles​)
​Experience the power of somatic coaching with Samira Blanjean.
This is a unique and innovative method created by a French coach and former dancer: Josette Lépine. It is all about coaching of movement. Following a very clear process, this type of coaching uses your body in motion, your intuition and the corporal expression of you emotions and feelings. This method allows you to go further and faster thanks to the integration of the body with the mind, aiming at a change in total harmony.


The first 3 persons who contact Samira Blanjean will receive a free Somatic Coaching Session of one hour. Mention the code ICW 2018 to benefit from this offer.

+32.478.66.47.21
s_blanjean@boostyourpotential.be

 

Louvain (Heverlee) 
If you feel overwhelmed, wish there were 36 hours in a day, have trouble defining your priorities, don’t know where to start, regularly put off some tasks essential to the success of your business or spend money and valuable time into projects that do not deliver the results you need, then a coaching program will help you stay focused on what truly matters and get results.

Contact Gaëtane Lenain before 25th May to book your free business coaching session. You will receive 10 questions to define a short-term action plan aligned with your vision. Stay focused on what matters!

+32.494.42.70.10
gaetane@glcoaching.be

 

 

For more information, send an email to info@insightandcoaching.com or fill in the form below.

Votre nom / Your name*

Votre email / Your email*

Sujet / Subject

Message

*champs obligatoires / mandatory fields

 

ICF

 

 

Leave a Comment

Tous au musée !

Bahman MOHASSES – Minotauro Seduto, 1972 – Bronze, 12cm

 

En ligne avec ce qui a été observé récemment par la Drexel University, une étude antérieure menée par la California Academy of Sciences tend à démontrer l’impact d’une visite au musée, au-delà d’un éventuel effet pédagogique : contexte relaxant, le musée procure un effet réparateur des effets stressants du quotidien.

Parallèlement, une étude menée auprès de plus de 50,000 personnes par Koenraad Cuypers, du département de santé publique à la Norwegian University of Science and Technology montre que plus l’on participe à des activités de type culturel – que ce soit de façon active ou passive – plus l’on qualifie son état de santé de bon ou très bon et moins l’on se trouve stressé ou anxieux.

Enfin, une étude menée par la London School of Economics montre également que visiter un musée a un effet positif sur le bonheur et la santé… autant que le sport. 

Alors, quel musée ou quelle exposition allez-vous mettre à votre programme cette semaine ?

 

Source : Time.com, onlinelibrary.wiley.com, happymuseumproject.org

 

Leave a Comment