Skip to content

Étiquette : art therapy

Insight #94

picabia, insight, coaching, ocean, art-therapy, infinity
Francis PICABIA – Les calanques, c.1945 – Huile sur carton, 50 x 60.5 cm

 

« Je suis le rivage et l’océan, en l’attente de moi-même de part et d’autre. »

“I am the shore and the ocean, awaiting myself on both sides.

― Dejan Stojanovic

 

1 Comment

Insight #72

Sam Francis, art, insight, coaching, interpretation
Sam FRANCIS – Sans titre, 1979 – acrylique et gouache sur papier, 29.2 x 37.5 cm

 

“Il n’y a pas de faits, seulement des interprétations.

“There are no facts, only interpretations.”

Friedrich Nietzsche

 

Leave a Comment

Combien d’heures de sommeil vous accordez-vous chaque nuit ?

Charles Auguste Emile CAROLUS-DURAN, Homme endormi, art, insight, coaching, sommeil
Charles Auguste Emile CAROLUS-DURAN – Homme endormi, 1861 – Huile sur toile, 87 x 85 cm

 

Combien d’heures de sommeil vous accordez-vous chaque nuit ?

Dans une très intéressante étude menée en 2016 parmi 1,000 cadres et employés sur leurs habitudes de sommeil, la Hult Business school a exploré l’impact d’une privation de sommeil sur trois aspects de la vie des travailleurs: la performance au travail, la santé physique ainsi que la vie sociale et la vie affective.

Les chercheurs ont pu mettre en évidence que le manque de sommeil provoque des troubles de la santé préoccupants chez tous, en particulier chez les plus jeunes qui témoignent d’effets secondaires sur leur performance au travail et leur bien-être émotionnel.

D’autres recherches (J. Minkel, O. Htaik, S. Banks and D. Dinges) suggèrent qu’une « dette de sommeil » est associée à une diminution de l’expression des émotions, en plus d’une performance décroissante elle-même correlée avec un prix à payer aux niveaux social, financier et personnel.

Il est vrai que le travail posté, la collaboration avec des collègues basés dans des fuseaux horaires différents et les voyages internationaux sont des causes fréquentes de perte de temps de sommeil. L’on peut ajouter à cela l’utilisation de la lumière artificielle et son effet profondément suppressif sur l’hormone mélatonine mais aussi les outils technologiques tels que les tablettes, smartphones ou ordinateurs portables qui nous rendent virtuellement accessibles 24 heures sur 24, dans un contexte anxiogène de crise économique où – parfois – le management exerce une pression continue. Et la pression constante de performer mais aussi d’être vu performer sont autant d’éléments qui rendent la quantité de sommeil nécessaire un véritable challenge.

Si tel est votre cas, quelles solutions pouvez-vous envisager ?

Commencez par prendre conscience de la quantité de sommeil que vous vous accordez. Ceci est à la fois facile (il s’agit en effet d’une simple observation) et compliqué car cela dépend de la capacité à prendre du recul et de la volonté à opérer un changement.

Au-delà de cette prise de conscience, il y a surtout la nécessité de réaliser la façon dont la quantité et la qualité de votre sommeil impactent votre vie quotidienne, tant privée que professionnelle. Réactions inappropriées, susceptibilité exacerbée, multiplication des erreurs ? 

Le passage à l’action requiert alors l’élaboration de tactiques, reposant sur la détection des éléments concrets qui vous prédisposent à ne pas assez dormir et au design de pistes pour gérer ceux-ci. Ceci peut aller du simple fait d’éteindre son portable une fois rentré chez soi à ne pas regarder la télévision moins d’une heure avant d’aller dormir en passant par une adaptation de son alimentation.

Viennent ensuite des approches plus stratégiques comme la prise de distance vis-à-vis de certains enjeux. Découvrez vos drivers, apprenez à savoir dire non ou prenez peut-être davantage soin de soi que de vouloir faire plaisir aux autres…

Dans les cas spécifiques de troubles de la transition veille-sommeil, des séances d’hypnose peuvent également être bénéfiques.

Enfin et surtout, pratiquez régulièrement la méditation ou la pleine conscience. De fait, 10 minutes par jour ne représentent que 1% du temps que vous passez éveillé. Seulement 1%.

Alors, combien d’heures dormez-vous par nuit… et quel serait l’idéal ?

 

 

Leave a Comment

Insight #69

Max ERNST, Arbre solitaire et arbres conjugaux, art, insight, coaching, vocation
Max ERNST – Arbre solitaire et arbres conjugaux, 1940 – Huile sur toile, 81.5 x 100.5 cm

 

“Telle est la vocation de l’homme : se délivrer de sa cécité.

“Such is the vocation of man: to free himself from his blindness.”

― Max Ernst

 

Leave a Comment

Creating a Coaching Culture for Better Talent

Salvador DALI, Tristan Fou, art, insight, coaching, prism, award
Salvador DALI – Tristan Fou, 1944 – Rideau de scène – Techniques mixtes (tempera, pastel et huile) sur toiles jointes. 8.76 x 14.76 m

 

The International Coach Federation (ICF) awarded GlaxoSmithKline (GSK) headquartered in the United Kingdom the 2016 ICF International Prism Award.

The Prism Award program honors organizations that have achieved the highest standard of excellence in coaching programs that yield discernible and measurable positive impacts, fulfill rigorous professional standards, address key strategic goals, and shape organizational culture.  The organization has seen a $66 million USD return on investment from its coaching initiative.

Prior to 2010, GSK’s use of coaching was reactive, with spiraling costs and dispersed and limited accountability. Leaders realized they needed to make a change in order to attract, develop and retain talent that has the confidence and skills to challenge the status quo and make change happen. The organization reoriented coaching as a strategic tool in the transformation and success of its business. Coaching is now integral to GSK’s talent, leadership and organizational development strategy.

Since GSK wanted to make its coaching offering a truly global initiative, the organization looked to ICF as a model for consistent standards and ethics in coaching across all regions of the world. One of the first priorities was to build an internal coaching structure to ensure high standards across the global organization. The Coaching Centre of Excellence (CoE) was created. The CoE standardizes coaching globally throughout the organization by improving access, ensuring quality and efficiency, and creatively containing costs. It is a selffunded unit without a direct budget from GSK; rather, all coaching costs are charged to the business units using coaches’ services.

GSK’s coaching structure is a mixed-modality model, including more than 200 external coach practitioners, 1,000 internal coach practitioners and 16,000 managers/ leaders using coaching skills. All external and internal Executive Coaches are credentialed; most through ICF.

“There are a lot of huge ripple effects that happen as a result of coaching in terms of empowerment, in terms of satisfaction, but also in terms of leadership effectiveness,” Sally Bonneywell, vice president of coaching for GSK, explains. “I do recommend people to do it, with caution, making sure they use credible ICF Core Competencies, making sure they have credentialed coaches and set the standards, but also with the encouragement of senior leaders. The sponsorship of the very senior leaders and our corporate executive team is so very important.”

Source: coachfederation.org

 

Leave a Comment

Insight #67

Pablo Picasso, Les noces de Pierrette, insight, art, coaching, bon goût
Pablo Picasso – Les noces de Pierrette, 1905 – Huile sur toile, 115 x 195 cm

 

“Ah, le bon goût! Quelle horreur. Le goût est l’ennemi de la créativité.

“Ah, good taste! What a dreadful thing! Taste is the enemy of creativeness.”

― Pablo Picasso

 

Leave a Comment

Pre-Crastination or Hastening Subgoal Completion

Roy LIECHTENSTEIN - In the Car, art, insight, coaching
Roy LIECHTENSTEIN – In the Car, 1963 – Huile et magna sur toile, 172 cm × 203.5 cm

 

Getting tasks done. Fast, quickly, even if this this not mandatory such as answering emails the second they land in your inbox without taking time to put things into perspective, or paying bills when they arrive… without checking them. In one word: pre-crastination.

This tendency to delay initiating or completing tasks involves both practical and psychological implications like multitasking, unfinishing tasks, stress, tiredness and even the feeling to be ineffective. Mirroring pro-crastination, it is a reaction towards something that we dislike, something potentially generating anxiety. With a significant difference though: in a working environment it is commonly endorsed by hierarchy, which makes its negative consequences less visible.

For some it is the symptom of our harried lives, for others it simply is the search for efficacy.

For psychologists it is related with « Please Others » one of the five drivers originally identified in the field of Transactional Analysis by Taibi Kahler, inducing a confusion between the speed of execution and the quality of the output.

And what is researchers point of view? A study carried out in 2014 by David A. Rosenbaum ascribe pre-crastination to the desire to reduce working memory loads. A study from 2015 by Edward A. Wasserman shows pre-crastination in animals meaning that this behaviour would not be a kind of ‘human pathology’.

Let’s keep in mind that pre-crastination and pro-crastination are not exclusive. Indeed, a same individual can show one or both behavioural attitudes to varying degrees, with more or less control. And remedial action, deep reflection or simply awareness are the routes to follow as from the moment when anxiety, loss of balance or discomfort are felt.

By the way, do you pre-crastinate?

 

Sources: Psychological Science, Psychoomic Bulletin & Review, Scientific American

 

Leave a Comment

Insight #65

Gérard GAROUSTE - Le puits, art, insight, coaching, madness, folie
Gérard GAROUSTE – Le puits, 2007 – Huile sur toile, 114 x 195 cm

 

“Il y a toujours un peu de folie dans l’amour.  Mais il y a aussi toujours un peu de raison dans la folie.

“There is always some madness in love. But there is also always some reason in madness.”

Friedrich Nietzsche

 

3 Comments

Question de coach (5)

Jean-Michel FOLON - Le Sphinx, art, insight, coaching
Jean-Michel FOLON – L’étranger, 1973

 

Si la technique de  la « question miracle » élaborée par Steve de Shazer en 1985 est propre à la thérapie brève et trouve une application dans la cadre de l’hypnothérapie, elle permet également dans le contexte du coaching d’explorer ses ressources internes et de s’inscrire dans le mouvement, vers la solution. Cette question permet de se projeter dans un futur où le problème n’existe plus. Elle amène à décrire des comportements différents. Elle initie un processus focalisé sur l’action et non sur le problème.

Somme toute assez simple, elle commence comme un conte pour enfants. Elle ouvre la porte vers l’expression de soi et des émotions, elle fait basculer dans un univers où réside déjà la solution, focalisant sur le que l’on souhaite vraiment.

« Imaginez… lorsque vous allez partir d’ici, vous allez rentrer chez vous et dîner, faire les travaux de ménage habituels, regarder la télé, ou tout autre chose, et ensuite vous allez au lit et vous endormir… et pendant que vous dormez… un miracle se produit, et les problèmes qui vous ont amenés (…) ont disparu, juste comme ça !… Mais cela est arrivé pendant que vous dormiez, alors vous ne savez pas que cela s’est produit… Alors, lorsque vous vous réveillez le matin, comment découvrirez-vous que le miracle a eu lieu ? »

Que l’on se pose cette question à soi-même ou que celle-ci soit au coeur d’un entretien avec un coach, c’est la projection de soi mais aussi la visualisation et le ressenti des solutions qui généreront le changement souhaité.

 

Leave a Comment