Skip to content

Étiquette : art

Art: the power to change the world

Olafur Eliasson, insight, coaching, art, power
Olafur ELIASSON – The Weather Project, 2003
– Monofrequency lights, projection foil, haze machines, mirror foil, aluminium, and scaffolding,
26.7 m x 22.3 m x 155.4 m – Installation in Turbine Hall, Tate Modern, London
Photo: Studio Olafur Eliasson

 

Olafur Eliasson (born 1967) is an Icelandic-Danish artist known for sculptures and large-scale installation art employing elemental materials such as light, water, and air temperature to enhance the viewer’s experience.

Eliasson’s views on art inspire us to see and consider differently our relationship with art – of course – but also with work. And, why not, motivate us to bring the power of art inside work.

Here are a few insights taken from a paper he wrote for the World Economic Forum:

 

« Art does not show people what to do, yet engaging with a good work of art can connect you to your senses, body, and mind. It can make the world felt. And this felt feeling may spur thinking, engagement, and even action. »

« I believe that one of the major responsibilities of artists (…) is to help people not only get to know and understand something with their minds but also to feel it emotionally and physically. »

« The important thing is not that we agree about the experience that we share, but that we consider it worthwhile sharing an experience at all. In art and other forms of cultural expression, disagreement is accepted and embraced as an essential ingredient. »

« I am convinced that by bringing us together to share and discuss, a work of art can make us more tolerant of difference and of one another. »

« Art helps us identify with one another and expands our notion of we – from the local to the global. »

 

Olafur Eliasson, weather, insight, art
Olafur ELIASSON – Weather the weather, 2016 – Ordrupgaard, Denmark – Photo: Maria Sattrup.

 

Leave a Comment

Insight #104

insight, coaching, mastery
Janangoo Butcher Cherel – Bush Food, 2003 – Polymère synthétique sur lin, 153 x 180 cm

 

“Nous aimons les formes imparfaites dans la nature comme dans les oeuvres d’art, à le recherche d’une erreur intentionnelle, comme un signe de la clé d’or et de la sincérité que l’on trouve dans la virtuosité.

“We love the imperfect shapes in nature and in the works of art, look for an intentional error as a sign of the golden key and sincerity found in true mastery.”

― Dejan Stojanovic

 

Leave a Comment

Insight #87

gerhard richter, insight, coaching, truth

 

« Dans la mesure où l’absolue justesse et la vérité n’existent pas, nous sommes perpétuellement à la poursuite d’une vérité humaine, artificielle et unique. Nous jugeons et créons une vérité qui exclut les autres vérités et l’art joue un rôle à part entière dans cette fabrication de vérité. »

“Since there is no such thing as absolute rightness and truth, we always pursue the artificial, leading, human truth. We judge and make a truth that excludes other truths. Art plays a formative part in this manufacture of truth.”

Gerhard Richter

 

Leave a Comment

Insight #81

roger somville, art, engagement
Roger SOMVILLE – Les nouvelles, 1994 – Acrylique sur toile, 135 x 107 cm

 

« Je ne connais pas dans l’histoire un art qui ne soit pas engagé… L’art pour l’art n’existe pas. »

“I don’t know in history any art that wouldn’t be engaged… Art for art’s sake doesn’t exist.”

― Roger Somville dans une interview pour la RTBF in 1969

 

Leave a Comment

Insight #80

Paul Klee, art, Zurücklehnende, vision, coaching, understanding, insight
Paul KLEE – Zurücklehnende (Woman leaning back), 1929 – Aquarelle, crayon et encre sur carton, 33 x 31 cm

 

« L’art ne reproduit pas le visible. Il rend visible. »

“Art does not reproduce what we see. It makes us see.”

― Paul Klee

 

Leave a Comment

Insight #75

michael borremans, the angel, insight, coaching, art-therapie, business coaching, career coaching, authenticity
Michael BORREMANS – The Angel, 2013 – Huile sur toile, 300 x 200 cm

 

“Nul homme ne peut pendant très longtemps se montrer un visage à lui-même et en présenter un autre au reste du monde sans finir par s’y perdre et se demander lequel des deux est le vrai.

“No man, for any considerable period, can wear one face to himself and another to the multitude, without finally getting bewildered as to which may be the true.”

― Nathaniel Hawthorne

 

1 Comment

La Beauté dans le cerveau

william turner, moonlight, a study at millbanks, insight, coaching, art-therapie, business coaching, career coaching, beauté
William TURNER – Moonlight, a Study at Millbank, 1796 – Huile sur panneau d’acajou, 31.4 x 40.3 cm

 

La Beauté dans le cerveau, par Jean-Pierre Changeux (Ed. Odile Jacob). Ce livre est la synthèse de plusieurs décennies de réflexion sur le beau.

Il verse au débat une nouvelle dimension : celle de la connaissance scientifique à la fois de la contemplation de l’œuvre d’art et de sa création. Avec la science du cerveau, ou neuroscience, un champ nouveau s’ouvre à la recherche sur l’œuvre d’art. On peut désormais imaginer une neuroscience de l’art.

« La nouveauté d’une œuvre d’art, son pouvoir évocateur, sa valeur émotionnelle, entraînent un embrasement extraordinaire qui envahit notre espace conscient par sa globalité. Sa puissance mobilise les émotions avec une telle force qu’on peut imaginer une ignition “explosive” de la conscience, unissant système visuel, cortex préfrontal – le siège de la rationalité – et système limbique, cette région profonde du cerveau, siège des émotions primaires. »

Jean-Pierre Changeux est l’un des plus grands neurobiologistes contemporains. Il est professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Académie des sciences. Il a été président de la Commission interministérielle d’agrément pour la conservation du patrimoine artistique national, dite Commission des dations, et président du Comité consultatif national d’éthique.

Il est l’auteur, notamment, de Raison et plaisir, de Matière à pensée (avec Alain Connes), de La Nature et la Règle. Ce qui nous fait penser (avec Paul Ricœur), de L’ Homme de vérité, de Du vrai, du beau, du bien et, avec Pierre Boulez et Philippe Manoury, des Neurones enchantés. Le cerveau et la musique. 

 

CHANGEUX, Jean-Pierre. La Beauté dans le cerveau, 2016, Ed. Odile Jacob, ISBN 978-2-7381-3468-4

 

Leave a Comment

Insight #72

Sam Francis, art, insight, coaching, interpretation
Sam FRANCIS – Sans titre, 1979 – acrylique et gouache sur papier, 29.2 x 37.5 cm

 

“Il n’y a pas de faits, seulement des interprétations.

“There are no facts, only interpretations.”

Friedrich Nietzsche

 

Leave a Comment

Faites de l’art et réduisez votre stress

James ENSOR - Autoportrait au chapeau fleuri, art, insight, coaching, stress
James ENSOR – Autoportrait au chapeau fleuri, 1883/1888 – Huile sur toile, 76,5 x 61,5 cm

 

Une étude réalisée en 2016 par la Drexel University auprès de 39 adultes âgés de 18 à 59 ans a mis en évidence que le taux de cortisol – cette hormone liée au stress – diminuait chez une large majorité des sujets après une activité artistique de 45 minutes, quelle que soit leur expérience en matière de création artistique ou le média utilisé. De plus, les sujets en question exprimaient le ressenti positif de l’expérience et relataient une diminution de leur anxiété.

Opportunité de se détendre, liberté d’expression ou situation liée à un état de pleine conscience, plusieurs hypothèses sont possibles. Toutefois, réfléchissons un instant à ce que Boris Cyrulnik nous dit à propos de la créativité dans « Un merveilleux malheur » (Ed. Odile Jacob 1999): «C’est au contraire l’absence, le deuil qui contraignent le blessé à remplir ce vide par des représentations, sous peine d’éprouver l’angoisse de la mort, du rien, du zéro et de l’infini…. L’image et le mot stylisés comblent le vide de la perte. Faire revivre le mort, redonner le plaisir de vivre à l’homme meurtri sont présents au berceau de la culture humaine» (p.191) Et plus loin: « La naissance de l’image lutte contre le désespoir de la perte définitive, la mort. C’est pourquoi les premières formes d’art ont été des sépultures, comme plus tard les tableaux représenteront des mises au tombeau et des résurrections.»

En d’autres termes, la créativité permet de se réconcilier avec ce qui a été perdu. C’est d’ailleurs l’objet des recherches Tally Tripp, directrice de la clinique d’art-thérapie de la George Washington University: « L’art-thérapie est un processus créatif où le patient, accompagné par un thérapeute, travaille et retravaille les problèmes à l’aide d’une panoplie variée de matériaux artistiques. »

Considérons à présent cette autre étude menée par l’économiste Kathryn Grady en 2015. Elle a analysé la cote des oeuvres de près d’une cinquantaine d’artistes, le fait que ces oeuvres soient incluses ou non dans la collection du Metropolitan Museum of Art et le fait que les artistes aient perdu un être cher plus ou moins longtemps avant la création desdites oeuvres. Elle a pu ainsi montrer que les prix ainsi que la probabilité d’être au Met diminuent significativement si la création au eu lieu dans les deux ans suivant la perte du proche. Devons-nous conclure que le travail du deuil réduirait la créativité? La période bleue de Pablo Picasso semble pourtant liée au décès de son ami Carlos Casagemas. Si le deuil peut amoindrir la créativité, il pourrait donc aussi la stimuler. A moins que la créativité soit chez certains un réflexe pour les aider à aller au-delà du deuil.

Bien entendu, il existe différentes approches pour combattre le stress. Nous avons décrit dans un précédent article celle prônée par Dr. Alia Crum de l’Université de Stanford, reposant sur une réflexion consciente et connectant le stress aux valeurs de base et faisant de celui-ci un allié.

Davantage d’études seront nécessaires pour explorer l’atout que représentent l’art en particulier et la créativité en général dans la gestion du stress comme dans celui du deuil. Ceci dit, faisons simplement le lien entre le stress et l’angoisse de perte qu’il représente et la conclusion sur la démarche à entreprendre pour améliorer notre bien-être sera aisée: mettons-nous à nos pinceaux, prenons un stylo et un carnet, jouons d’un instrument, improvisons ou dansons mais en tout cas, créons!

 

2 Comments