Skip to content

Étiquette : évolution

Top 10 skills you must develop

cy twombly, insight, coaching, art-therapie, business coaching, career coaching, skills
Cy TWOMBLY – Sans titre, 1972 – huile, craie à la cire et crayon sur toile, 202 x 260 cm

 

The latest Forum report, The Future of Jobs, looks at the employment, skills and workforce strategy for the future.

Having asked chief human resources and strategy officers from leading global employers what the current shifts mean, specifically for employment, skills and recruitment across industries and geographies, they identified the top 10 skills you need to thrive in the fourth industrial revolution. Skills that make us irreplaceable in a world where more and more jobs will be taken over by robots.

  1. Complex problem solving
  2. Critical thinking
  3. Creativity
  4. People management
  5. Coordinating with others
  6. Emotional intelligence
  7. Judgment and decision making
  8. Service orientation
  9. Negociation
  10. Cognitive flexibility

Note that Emotional intelligence and Cognitive flexibility replaced Quality control and Active listening in the list.

So, what does your personal development plan look like?

 

Source: Future of Jobs Report, World Economic Forum

 

Leave a Comment

Le salaire oui… mais pas seulement

Velickovic-Montee
Vladimir VELICKOVIC – Montée / Descente, 1990 – Acrylique et collage – 40 x 28.5 cm

 

Il n’y a pas que le salaire qui motive. C’est ce que démontre une récente étude menée par Kelton pour Cornerstone auprès de 2.000 Américains et 546 DRH de moyennes et grandes entreprises.

Quelques insights parmi d’autres :

  • 89% envisageraient un changement professionnel latéral sans incentive salarial, un taux montant à 94% chez les Millenials. Leur principal critère : davantage de satisfaction personnelle.
  • 77% souhaiteraient une relocalisation et 61% d’entre eux seraient même prêts à quelques sacrifices pour une opportunité de travailler à l’étranger, y compris travailler une demi-heure de plus chaque jour.
  • Seuls 4% des personnes interviewées restent chez leur employeurs en raison de leur salaire ou d’autres avantages et compensations… contre 19% pour l’équilibre vie privée-vie professionnelle qu’ils y trouvent ou tout simplement une évolution de carrière satisfaisante.

Parallèlement, dans une étude menée par LinkedIn, si 50% des personnes ayant rejoint une entreprise de moins de 500 personnes l’ont fait pour le salaire qu’elles ont pu y obtenir, l’impact de la fonction, l’adhésion à la culture de l’entreprise et la vision de celle-ci eurent tout autant d’importance dans leur choix.

 

Sources: Cornerstoneondemand.com, business.LinkedIn.com

 

Leave a Comment

Are you in danger of becoming obsolete?

Cedric-Lefebvre-insight-coaching-089

 

In a previous article we have seen that, little by little, robots replace humans: one recent study suggests that 47% of all jobs in the United States will be threatened by this phenomenon within the next two decades – another states that 40% of Australian jobs are at risk of being automated within ten to fifteen years. In Europe, the software Quill has already replaced journalists and is used by the newspaper Le Monde during election nights. The specialised research firm Roland Berger says that 42% of jobs will be automated by 2030. 

Should you be worried? Karie Willyerd and Barbara Mistick developed a short (i.e. 15 questions) assessment allowing you to find out if you are at risk or if you are adapting yourself in an evolving environment. Your score will be compared with HBR readers average.

To pass the test which will consider various topics such as how up to date you are regarding the emerging technologies affecting your industry and the profile of your network , click here.

Pursuing this matter, let’s consider what the futurists Graeme Codrington, Joe Tankersley and John Danaher say: front-line military personnel will be replaced with robots; private bankers and wealth managers will be replaced with algorithms; lawyers, accountants, actuaries, and consulting engineers will be replaced with artificial intelligence.

And considering on-demand economy, environmental consciousness, ageing population or advances in neurotechnology, what will be the top jobs in 10 years? Actually, here is the top 12 they predict (click here for the full description):

  • Personal worker brand coaches and managers
  • Professional triber
  • Freelance professors
  • Urban farmers
  • End-of-life planner
  • Senior carer
  • Remote health care specialist
  • Neuro-implant technicians
  • Smart-home handyperson
  • Virtual reality experience designer
  • Sex worker coach
  • 3-D printer design specialist

So, are you ready?

 

Sources: LeMonde.fr, HBR.org, FastCompany.com

 

 

Leave a Comment

Insight #12

leonor fini, chaos
Leonor FINI – Petite divinité chtonienne, 1946 – Huile sur toile 49.2 x 55.7 cm

 

“Dans le chaos il y a la fertilité.”

“In chaos, there is fertility.”

― Anaïs Nin

2 Comments

Vie privée, vie professionnelle… de l’équilibre à l’intégration (1/2)

insight, coaching, équilibre, balance, integration

 

Quand on parle d’équilibre…

Si la première mention du terme workaholic (traduit maladroitement en français par « bourreau de travail ») remonte à 1947 selon l’Oxford English Dictionary, il a fallu attendre les années 70 pour que l’on évoque les concepts de burnout et de work-life balance.

Cet équilibre entre vie professionnelle et vie privée est encore souvent présenté comme le reflet d’une vie épanouie et « économiquement appropriée » où l’individu parvient à accorder le juste poids, la juste valeur à chacune de ces deux entités fondamentalement distinctes: la carrière et la sphère intime. C’est ce qu’a illustré l’agence Hudson en établissant une typologie des entreprises en fonction de leur propension à encourager l’harmonie entre vie professionnelle et vie privée, mettant aussi en évidence que ceux des employés qui atteignent l’équilibre apportent davantage de valeur à l’entreprise. A titre d’anecdote, relevons cette étude réalisée par Gallup selon laquelle la satisfaction d’un travailleur augmente de 50% s’il a un ami proche parmi ses collègues.

L’équilibre, un concept qui n’est plus approprié

Depuis quelques années cependant, la pertinence même de ce concept d’équilibre est remise en question, tant pour des raisons d’évolution sociétale que suite à une vision progressivement différente et plus philosophique de ce que l’on nomme encore « travail ».

De fait, commençons tout simplement par la façon dont de plus en plus de gens exercent, envisagent ou même rêvent d’exercer leur profession.  Nous sommes en effet très loin de l’époque où l’on pouvait établir sans la moindre hésitation un lien univoque du type un travailleur – un métier – une entreprise – un lieu de travail – une carrière.  A l’heure actuelle, entre cumul d’emplois par nécessité, télé-travail (home working) moins chronophage et écologiquement correct et travail à domicile (home based business), les frontières entre travail et vie privée s’estompent progressivement.

Bien entendu, bien plus que les mentalités, les nouvelles technologies sous-tendent cette évolution. Elles annihilent les distances et, un jour, les hologrammes pourront même parfaire l’illusion d’une présence au sein de l’entreprise. Les relations entre collègues comme entre clients et fournisseurs basculeront dans une dimension où le contact sera virtuel mais aussi où l’activité professionnelle ne sera plus associée à un endroit spécifique. Pour l’individu, l’absence d’un lieu de travail centralisé et unique sera bientôt la norme. Des tâches de plus en plus complexes seront effectuées par des machines, des robots à l’intelligence artificielle occuperont des responsabilités managériales. Et tandis que les réseaux sociaux s’invitent déjà tant à notre table qu’au bureau, que les entreprises ont leur « page » et que nous « likons » nos collègues, la multiplication de ces plateformes entraînera sans doute à terme leur fusion voire leur remplacement par un mégacloud dynamique.

Par ailleurs, au-delà de cette évolution, nous pouvons surtout déceler dans le concept d’équilibre vie privée – vie professionnelle une discordance inappropriée. Vouloir établir un équilibre entre deux mondes implique que ceux-ci sont exclusifs et en compétition. Parler d’équilibre induit nécessairement l’idée de déséquilibre. Maintenir l’équilibre devient alors un moyen, une tactique, pas une fin en soi ni une stratégie. De plus, ne pas parvenir à cet équilibre ou le perdre entraîne un stress évident, une dévalorisation de soi et, potentiellement, dysfonctionnement, maladies, frustration, burnout, décès, suicide. Les Japonais utilisent même le terme de karoshi, signifiant « mort due à un excès de travail ».

Parlons plutôt d’intégration

Si l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle n’est donc plus ce vers quoi il nous faut tendre, quelle approche est-il temps de considérer? Ainsi que le soulignent Lisa Earle McLeod et Stew Friedman, ce n’est pas sous forme de dichotomie que désormais nous devons regarder les choses; ce n’est pas une question de choix ou de moment. Autant que faire se peut, vie et travail doivent s’alimenter, être initiés par une même passion, par de mêmes valeurs. Vie et travail doivent être congruents. La clé n’est donc pas une tactique mais une vision holistique.  La solution n’est pas de savoir comment prioriser mais comment unir plaisir et raison d’être, essence et activité, plénitude et activité professionnelle. C’est de cette façon que l’épanouissement au travail, à la maison, au sein de sa communauté et en son soi intime devient accessible et durable.

Il ne s’agit donc pas d’une question sémantique.  Le concept d’intégration des vies privée et professionnelle est sinon une réalité à tout le moins une nécessité, que cela soit de façon réactive (une adaptation par rapport à une situation professionnelle actuelle) ou proactive (une conception, une implémentation ou une réorientation du plan de carrière).  Dans un cas comme dans l’autre, le premier pas vers cette réalité débutera toujours par une démarche de questionnement pouvant être supportée par un coach. Qu’est-ce qui est important pour moi?  Pour quoi suis-je fait?

Le rôle du coaching

Dans un prochain article, j’aborderai précisément ce questionnement et développerai des pistes permettant d’aller à la recherche de cette raison d’être tant du point de vue de l’entreprise (Corporate Coaching) que du particulier (Career Coaching).

 

Leave a Comment