Skip to content

Étiquette : test

What job is right for you?

TATANUA masks – Bismark archipelago – 49 cm and 45 cm

[Pour la version française de cet article, cliquez ici.]

The RIASEC model refers to a career and professional choices theory developed by the American psychologist John L. Holland (1919-2008).

Based on psychological types, it assumes that if we are aware of our personality, then we can choose a job that suits us and in which we can flourish. This approach is therefore relevant in the context of a career choice or a professional reorientation.

Six personality types in a professional context are identified, the first letter of which is the acronym RIASEC.

  1. Realistic: Need to be physically involved in what they do. Pragmatic, the Realistic types can take up challenges with skill and ingenuity.
  2. Investigator: Driven by a thirst for knowledge and knowledge, driven by intellectual values, they strive for excellence.
  3. Artistic: Wish to express emotions or thoughts through art forms. Dreamy, imaginative, intuitive, avoiding routine.
  4. Social: Attracted by activities that promote contact with others, especially to help them, motivated by respect for others and dedication.
  5. Entrepreneurial: Like to have responsibilities, overcome challenges in the hope of reaching the top. Ambitious and socially skilled.
  6. Conventional: Desire to respect standards, instructions and rules. Discreet, attentive, in search of security.

A 6-type model allows 720 combinations, but most of the tests highlight the three main key axes which, ordered by decreasing importance, are then associated with a set of professions.

To take the test online: click here

…and to explore a list of jobs according to the RIASEC profile, click here.

So, which job suits you best?

 

Leave a Comment

Essential behavioral interview questions HR specialists may ask you…

insight, coaching, interview, lawrence alma-tadema
Sir Lawrence Alma-Tadema – The Roses Of Heliogabalus, 1888 – Huile sur toile, 132.1 x 213.9 cm

 

LinkedIn Talent Solutions developed a very useful guide for HR interviewers to screen candidates in terms of soft skills… Why not using this list to get prepared?

These are the most popular questions:

  • Adaptability: Tell me about a time when you were asked to do something you had never done before. How did you react? What did you learn?
  • Culture fit: What are the three things that are most important to you in a job?
  • Collaboration: Give an example of when you had to work with someone who was difficult to get along with. How did you handle interactions with that person?
  • Leadership: Tell me about the last time something significant didn’t go according to plan at work. What was your role? What was the outcome?
  • Growth potential: Recall a time when your manager was unavailable when a problem arose. How did you handle the situation? With whom did you consult?
  • Prioritisation: Tell me about a time when you had to juggle several projects at the same time. How did you organize your time? What was the result?

Click here to download the full document including 30+ questions.

 

Leave a Comment

What is your curiosity profile?

What-is-your-curiosity-profile-Rene-Magritte-le-pretre-marie-insight-coaching-art
René MAGRITTE – Le prêtre marié, 1961 – Huile sur toile, 46 x 55 cm

 

Tomas Chamorro-Premuzic, Professor of Business Psychology at University College London, and a faculty member at Columbia University developed for Harvard Business Review a tool to quickly assess your curiosity, based on a more sophisticated survey by Hogan Assessments.

It will stack up against other test takers in three key areas: unconventionality, intellectual hunger, and experiential curiosity. It will also suggest creativity exercises, readings about agility and advices to get out of your comfort zone.

Click here to start the test.

For the ones of you who want to explore the much more complex concept of creativity in function of the context (measuring the individual, assessing the origin or influences of a work, using a strict program or assessing the cultural value of a work), you can read this very good synthesis.

Source : hbr.org, senseandsensation.com

 

1 Comment

Are you in danger of becoming obsolete?

Cedric-Lefebvre-insight-coaching-089

 

In a previous article we have seen that, little by little, robots replace humans: one recent study suggests that 47% of all jobs in the United States will be threatened by this phenomenon within the next two decades – another states that 40% of Australian jobs are at risk of being automated within ten to fifteen years. In Europe, the software Quill has already replaced journalists and is used by the newspaper Le Monde during election nights. The specialised research firm Roland Berger says that 42% of jobs will be automated by 2030. 

Should you be worried? Karie Willyerd and Barbara Mistick developed a short (i.e. 15 questions) assessment allowing you to find out if you are at risk or if you are adapting yourself in an evolving environment. Your score will be compared with HBR readers average.

To pass the test which will consider various topics such as how up to date you are regarding the emerging technologies affecting your industry and the profile of your network , click here.

Pursuing this matter, let’s consider what the futurists Graeme Codrington, Joe Tankersley and John Danaher say: front-line military personnel will be replaced with robots; private bankers and wealth managers will be replaced with algorithms; lawyers, accountants, actuaries, and consulting engineers will be replaced with artificial intelligence.

And considering on-demand economy, environmental consciousness, ageing population or advances in neurotechnology, what will be the top jobs in 10 years? Actually, here is the top 12 they predict (click here for the full description):

  • Personal worker brand coaches and managers
  • Professional triber
  • Freelance professors
  • Urban farmers
  • End-of-life planner
  • Senior carer
  • Remote health care specialist
  • Neuro-implant technicians
  • Smart-home handyperson
  • Virtual reality experience designer
  • Sex worker coach
  • 3-D printer design specialist

So, are you ready?

 

Sources: LeMonde.fr, HBR.org, FastCompany.com

 

 

Leave a Comment

Draw a tree… but not a pine tree

 

« If you please… draw me a sheep! » This celebrated phrase taken from Antoine de Saint-Exupéry’s book The Little Prince brilliantly illustrates the concepts of depiction, imagination and perpetual differentiation but we will develop other concepts with the tree test and an examination of its application in coaching.

A brief return to the source

The tree test as conceived by the Swiss psychologist Charles Koch in 1952 is a predictive test that can be applied to both children and adults and consists in observing the personality traits expressed by an individual through their drawings. Each element of the tree (leaves; trunk; roots), have a meaning and their graphical representation expresses the subject’s experience with the environment, possible traumas and their level of sensitivity. Koch’s initial instruction was simple: “Draw a tree, any tree you like, but not a pine tree.”, the pine tree being excluded due to the points it leads to as well as the particularly stereotyped visual representation of this tree variety in our culture. Later, the instruction became “Could you draw a fruit tree, to the best of your abilities?”.

The variant developed by Renée Stora requires that 4 trees are drawn. After drawing the first tree – which corresponds to a new constraint in a new setting, whether the setting be academic or professional – the second mandatorily different tree, is drawn and corresponds to a known constraint that demands obedience or adaptation and leads to relaxation, such as the family framework. Then follows the drawing of a tree from a dreamscape, an imaginary tree that represents projects or expectations, and finally, with their eyes closed the individual draws a fourth tree which indicates the weight of experiences lived in infancy and that continue to influence current behaviour.

In all instances, the analysis of the drawings, undertaken by the interviewer with whom they were created, is based on graphological rather than symbolically spatial, statistical data.

Adaptation to Coaching

The drawing of a tree, as far as I can conceive it within the framework of coaching, is very different because the coachee is a client, not a patient. The drawing of a tree is then a tool rather than a test. It is to collect the information that will be used as a base for discussion, but not to diagnose a problem.

Any drawing introduces a new dynamic to the dialogue. It requires a move to action, enabling one to stop philosophising, to avoid endlessly searching for the terms to express confused resentment. It opens the door of the imagination more easily. It says that which words cannot. It leaves the child in pole position. As for the tree, due to its vertical orientation, because of the link it creates between heaven and earth, between the visible and the invisible, it is the universal archetype, the symbol of life, of longevity, of growth. It is also the tallest organic structure. According to Jung, the tree is a means for anyone to express the unspeakable. Furthermore, drawing in general, but especially drawing a tree, is a veritable open-air gold mine that the coach and the coachee can exploit together.

In which situations is drawing a tree appropriate? In reality, they are numerous and varied. An invitation to draw a tree is an opportunity to express one’s relationship with one’s body: balance, strength, possible weaknesses and general state of health (see Fig. 1). .  

Fig. 1 – Representation of the state of health

Suggesting that a tree, the most beautiful tree possible, be drawn with coloured pencils is an invitation to express one’s dreams. For the coachee, drawing a professional project in the form of a tree (see Fig. 2 and Fig. 3) is like expressing the ramifications and the organisation of their career with the just importance accorded to each possibility. Drawing one’s company in the form of a tree, and even adding the cabin we’d like to live in or indicating the branch on which we’d like to sit, could bring bad-feelings out of the shadows and help one to understand one’s own ambitions. Taken to the extreme, drawing a forest allows the metaphorical evocation of a social environment, such as with family, friends, colleagues and the place one occupies among them.

Fig. 2, 3 – Representations of a professional project

It can also be used to play with the temporal dimension. Asking the coachee to draw a first tree that shows their present state, then a second where the tree represents the state they would like to achieve in 5 or 10 years, affords an opportunity for the coachee to visualise and materialise their own objectives, at least symbolically. A suggestion at the beginning of the coaching relationship that the coachee produce a self-portrait in the form of a tree and then repeating the same exercise a few months later heightens the perception of change, of growth, of a newly acquired balance or well-being. The drawing of the tree thus becomes an indicator of the impact of coaching, a new energy source.

In conclusion

Without a rigid protocol, in all authenticity and simplicity, the applications of drawing in general and of drawing a tree in particular are infinite, the only limitations being – perhaps – the intuition or imagination of the coach and the spontaneity of the coachee.  The opportunities for discussion that this exercise affords to each participant further reinforce one of the ends of coaching, namely: co-construction.

***

This article has been published in International Coaching News #13 – March 2015 – pp 41-42 on holistic and wellness coaching.  It was originally published here in this blog, in French. 

Leave a Comment

Utilisez-vous vos forces ?

terre, arcimboldo, forces
La Terre, 1566, collection privée, Autriche

Quand Arcimboldo peint en 1566 ses allégories des quatre éléments et celle de la terre en particulier, entremêlant des dizaines de corps d’animaux ou d’objets pour composer des visages de profil, peut-être voulut-il nous dire – au-delà du plaisir surréaliste qu’il nous donnait – que l’identification de nos forces, leur alchimie particulière et leur savante imbrication révèlent ce en quoi nous sommes des êtres uniques.  Et que c’est sur cette unicité faite de diversité qu’il nous faut jouer avec, certes, la passion en filigrane.

Passion sans raison…

Martha Graham dit un jour « Great dancers are not great because of their technique, they are great because of their passion ». J’en suis profondément convaincu. La passion permet de se transcender, de se dépasser, d’aller au-delà de ses propres limites. La passion est l’ultime ingrédient, celui sur lequel nous n’avons aucun contrôle et qui, pourtant, nous insuffle une énergie incommensurable et nécessaire. Justement dosée, c’est un combustible inépuisable, durable, écologique et équitable. La passion permet de vivre plutôt que de survivre. Intégrée à l’activité professionnelle, elle résout le conflictuel souci d’équilibre avec la vie privée par la dynamique d’une intégration harmonieuse.

Et pourtant, force nous est de constater que la passion seule ne suffit pas.  Le rêve peut se révéler un Graal inaccessible. La volonté de se dépasser, de vivre sa passion au point de rejeter toute activité ne lui étant pas associée de près ou de loin peut engendrer une utopie, a fortiori dans un monde où la concurrence prend le pas sur la bienveillance. Et lorsque certains prônent le fait que travail, énergie et assiduité mènent à tout, j’ajouterai que le risque qu’ils mènent aussi à la déception est grand s’ils ne s’accompagnent pas de lucidité, d’honnêteté et d’un tant soit peu d’à propos. Pour reprendre les propos de Martha Graham, si c’est la passion qui fait un grand danseur, celui-ci ne peut faire fi de la technique, certes fruit du travail mais aussi du talent.

De fait, quelle que soit la passion, qu’elle remonte à l’enfance où soit révélée de façon fortuite à l’âge adulte, c’est en la faisant reposer sur nos forces propres qu’il devient alors véritablement possible de se dépasser et donc de grandir. Ces forces qui constituent notre identité, qui sont part intégrante de notre essence et qui entre deux individus peuvent faire la différence.

Comment découvrir ses forces ?

Une étude de Strategy&from menée en 2013 auprès de plusieurs centaines de cadres de divers secteurs d’activité a montré que les entreprises trouvent plus difficiles de définir leurs forces que de comprendre leurs clients. Alors, comment en tant qu’individus pouvons-nous identifier nos propres forces ou comment le coach peut-il aider son client à identifier celles-ci? Comment trouver ce qui permettra d’incorporer la passion dans l’expression de son propre leadership? Comment veiller à ce que la passion puisse être intégrée de façon réaliste et efficace dans le développement? Plus simplement, quels sont les outils à disposition?

En fait, il n’y a pas d’outil parfait ou de recette miracle et nous avons même l’embarras du choix. En effet, plusieurs approches sont possibles et celles-ci peuvent être combinées dans une démarche triangulaire, faisant écho à l’antique maxime « Connais-toi toi-même« .

  1. L’approche-miroir
    Simple application du principe d’introspection, elle requiert honnêteté, réflexion, courage aussi et surtout l’intention de ne pas se laisser dompter par son ego. Analyse des succès passés comme des échecs et de la façon dont ceux-ci ont été surmontés, écho de notre vie passée, elle prend du temps pour distinguer ce que nous savons de ce que nous voulons croire, pour accepter ce que notre voix intérieure nous dit, peut-être en dissonance avec ce que nous voulons entendre. Faite seule ou accompagnée, extrêmement enrichissante, elle peut être l’amorce d’une belle exploration mais présente aussi la difficulté de nous rendre juge et partie car nous savons trop bien que nous resterons sourds à ce que nous ne voulons pas entendre si c’est nous-mêmes qui tenons le discours. L’introspection est un jeu enrichissant si nous en respectons les règles, règles que nul autre que nous ne pourra définir.
     
  2. Le feed-back, formel ou non
    Dans une optique diamétralement opposée, nous pouvons chercher nos forces au travers de ce qu’en perçoivent les autres. Là, nous trouvons l’arsenal habituellement utilisé en milieu professionnel: des évaluations annuelles aux réunions moins formelles, en passant par les mid-year reviews. Plus structurés nous avons également les 360° formalisés par les entreprises (ou informels à mener soi-même) et qui donnent une vue d’ensemble plus complète puisque – comme leur nom l’indique – ce type de feedback renvoie une image d’une subjectivité excentrée, circulaire (N+1, pairs, subordonnés, proches) et forcément différente de ce que l’individu aura de lui-même.  La subjectivité-même de ce type d’approche représente son intérêt – que les feed-back soient formulés dans un registre professionnel ou privé – mais reflète en même temps sa faiblesse intrinsèque car les forces mises en évidence seront cette fois le miroir des faiblesses des autres. De plus, même si le feed-back repose nécessairement sur un climat de confiance, il ne garantit en rien l’exhaustivité du bilan, aussi instructif puisse-t-il être.
     
  3. Les tests
    Le test (du latin testis, témoin) est un instrument, un outil calibré, validé, permettant de dresser un bilan sur une question donnée.  Plusieurs tests ont été développés pour déterminer les forces d’un individu et certains de ces tests sont entrés dans le domaine public et sont libres d’accès, comme le VIA Survey of Character Strengths développé par l’Université de Pennsylvanie ou celui développé par l’Université de Kent. L’un comprend 240 questions dans sa version exhaustive et l’autre seulement 52 mais tous deux sont dans la mouvance de la psychologie positive qui prône que nous avons tous des forces avec lesquelles nous sommes nés mais que peu d’entre nous savent lesquelles.  L’avantage du test c’est qu’il peut – comme le feed-back – renvoyer un écho auquel on ne s’attend pas.

En conclusion

Passion sans raison et raison sans passion sont deux écueils à éviter. Si l’une permet de s’accomplir, l’autre ancre dans la réalité, toutes deux se nourrissant mutuellement. Toutes deux peuvent être (re-)découvertes, explorées, revisitées au travers de techniques variées. C’est particulièrement vrai pour nos forces, échappant souvent à notre conscience de par ce que nous prenons pour de la banalité, négligeant par la même occasion ce qui devrait s’imposer à nous comme une évidence.

Aussi, gardons à l’esprit que nous sommes des voyageurs: le coaching est la boussole, la passion indique la direction, la raison montre le chemin.

 

1 Comment

Dessinez un arbre… sauf un sapin

« S’il-te-plaît… dessine-moi un mouton. »  Cette célèbre phrase de Saint-Exupéry dans son livre Le Petit Prince illustre avec brio les concepts de représentation, d’imaginaire et de différenciation perceptuelle mais ce n’est pas là que nous irons avec le test de l’arbre et son application appliquée au coaching.

Un bref retour aux sources

Le test de l’arbre tel que conçu par le psychologue suisse Charles Koch en 1952 est un test projectif applicable tant aux enfants qu’aux adultes qui consiste à observer l’expression des traits de personnalité d’un individu à travers son dessin.  Chaque élément de l’arbre (feuillage, tronc, racine) aurait une signification et son expression graphique exprimerait les échanges du sujet avec son milieu, d’éventuels traumatismes ou encore sa sensibilité. La consigne initiale de Koch était simple : « Dessinez un arbre, n’importe lequel, comme vous voulez, mais pas un sapin. », l’exclusion du sapin étant due aux pointes qu’il comporte et à l’expression particulièrement stéréotypée de cette variété dans notre culture.  Plus tard, la consigne devint « Voulez-vous dessiner un arbre fruitier, aussi bien que vous pouvez ».

La variante développée par Renée Stora requiert quant à elle le dessin de quatre arbres.  Après le dessin d’un premier arbre – correspondant à une contrainte nouvelle dans un cadre nouveau, tel le cadre scolaire ou professionnel – vient celui d’un autre arbre, obligatoirement différent, correspondant lui à une contrainte connue mais requérant obéissance ou adaptation et induisant relâchement, tel le cadre familial.  Vient ensuite le dessin d’un arbre de rêve ou arbre imaginaire symbolisant les projets ou les attentes et, enfin, le dessin d’un quatrième arbre en ayant les yeux fermés, indiquant le poids du vécu dans la période de l’enfance et qui exerce encore une influence sur le comportement actuel.

Dans tous les cas, l’analyse du ou des dessins, complétée par l’entretien avec celui qui les a exécutés, se base sur des données statistiques, graphologiques ainsi que sur la symbolique spatiale.

L’adaptation au coaching

Le dessin d’un arbre tel que je le conçois ici dans le cadre du coaching est bien différent car le coaché est un client, pas un patient.  Le dessin d’un arbre est donc bel et bien un outil et pas un test. Il est là pour récolter des informations qui serviront de base à une discussion, pas pour diagnostiquer.

Tout dessin introduit une dynamique nouvelle dans le dialogue. Il fait passer à l’action, permettant d’arrêter d’intellectualiser, de ne pas chercher sans fin les termes qui exprimeront un ressenti confus.  Il ouvre plus facilement la porte à l’imaginaire. Il dit ce que les mots ne disent pas. Il laisse davantage de place à l’enfant. Quant à l’arbre, de par sa verticalité, de par le lien qu’il établit entre le ciel et la terre, entre le visible et l’invisible, il est l’archétype universel, symbole de vie, de longévité, de croissance. C’est aussi la plus haute construction biologique.  Pour Jung, l’arbre est un moyen pour tous de pouvoir exprimer l’inexprimable.  Ainsi, le dessin de façon générale mais surtout le dessin d’un arbre est une véritable mine d’or à ciel ouvert que coach et coaché exploitent ensemble.

Dans quelles situations le dessin de l’arbre est-il approprié ? En fait, elles sont nombreuses et variées. Proposer de dessiner un arbre, c’est donner la possibilité d’exprimer la relation avec le corps, son équilibre, sa force, ses éventuelles faiblesses, son état de santé (Figure 1).  

Fig. 1 – Représentation de l’état de santé

Suggérer de dessiner avec des crayons de couleurs un arbre puis le plus bel arbre possible, c’est laisser exprimer les rêves. Pour le coaché, dessiner un projet professionnel sous forme d’arbre (Figure 2) c’est exprimer les ramifications et l’organisation de sa carrière, l’importance accordée à chaque possibilité. Dessiner son entreprise sous forme d’arbre, et pourquoi pas y ajouter la cabane dans laquelle on aimerait vivre, ou la branche sur laquelle on aimerait s’asseoir, pourra faire sortir de l’ombre un éventuel mal-être et comprendre ses propres ambitions.  A l’extrême, dessiner une forêt permet d’évoquer métaphoriquement l’environnement social, à savoir la famille, les amis, les collègues et la place occupée parmi eux.

Fig. 2 – Représentation d’un projet professionnel

L’on peut également jouer avec la dimension temporelle. Proposer au coaché de dessiner un premier arbre figurant son état actuel, puis de faire un second dessin où l’arbre serait tel qu’il voudrait être dans cinq ou dix années, c’est ainsi donner au coaché une occasion de visualiser et de matérialiser son propre objectif, au moins de façon symbolique.  Suggérer de faire en début de programme de coaching son autoportrait sous forme d’arbre et de refaire le même exercice quelques semaines ou mois après, c’est alors rendre autrement perceptible un changement, une croissance, un équilibre ou un bien-être acquis.  L’arbre devient alors un indicateur de l’impact du coaching.

En conclusion

Sans protocole strict, en pleine authenticité et simplicité, les applications du dessin en général et du dessin de l’arbre en particulier sont donc infinies, les seules limites étant – peut-être – l’intuition ou l’imagination du coach et la spontanéité du coaché.  L’opportunité de dialoguer que cet exercice donne à l’un et à l’autre  renforce aussi l’une des finalités du coaching: la co-construction.

Leave a Comment