Skip to content

Étiquette : vie

Insight #115

leonor fini, coaching, bruxelles, self-consciousness
Leonor FINI – Ada et l’oracle, 1975 – Huile sur toile, 130 x 97 cm

 

“J’ai toujours su que j’aurais une vie très différente de celle que l’on avait imaginée pour moi, mais j’ai compris depuis mon très jeune âge que j’aurais à me révolter pour vivre cette vie.”

“I always imagined that I would have a life very different than the one imagined for me, but I understood from a very early age that I would have to revolt in order to make that life.”

Leonor Fini

 

Leave a Comment

Insight #102

insight, coaching, image, georges mathieu, vision, sharing
Georges MATHIEU – Vivent les Cornificiens!, 1951 – Huile sur toile, 130 x 195 cm

 

« La vie, c’est peindre une image, et non faire une somme. »

“Life is painting a picture, not doing a sum.”

―Oliver Wendell Holmes

 

Leave a Comment

Insight #52

Ludolf-BACKHUYSEN-marine-insight-coaching-art, learning, experience
Ludolf BACKHUYSEN – Marine et barques de pêche, XVIIème siècle – Huile sur toile, 84,5 x 97,3 cm

 

“On apprend l’eau par la soif; la mer par les terres qu’on passe.”

“Water is taught by thirst; land, by the oceans passed.”

― Emily Dickinson

 

Leave a Comment

Question de coach (4)

Before-I-Die-NOLA-Candy-Chang-wall-angled

photo © Candy Chang

L’inspiration peut être définie comme un enthousiasme, un souffle créateur qui anime l’écrivain, l’artiste, le chercheur et donc une idée qui amène à la création. Et si nous pensons que le coaching est un art, alors est-il bienvenu que l’art inspire les coachs.

De la Nouvelles-Orléans au reste du monde

L’art aussi peut inspirer les coachs lorsqu’il confronte l’individu à ses aspirations, comme c’est particulièrement le cas avec cette oeuvre de l’artiste et designer américaine Candy Chang et de son oeuvre Before I die… créée en février 2011 à la Nouvelle-Orléans et transposée depuis dans 73 pays et 36 langues.

Eclairée par la mort soudaine d’une amie proche sur les choses qui avaient désormais du sens dans sa vie – mais luttant pour maintenir cette perspective dans sa vie quotidienne – Candy Chang a imaginé transformer le côté d’une maison abandonnée en un tableau noir géant pour y peindre au pochoir une phrase dont il fallait remplir les blancs à l’aide d’une craie : «Avant de mourir, je veux…». Un mur qui ne mit pas plus d’une journée pour être rempli de rêves par les passants. Cette installation artistique revêtit ainsi une forme d’activisme social laissant les individus exprimer leur voix dans l’espace public.

Premier d’une longue série de murs – plus de 1.000 au total – ayant essaimé les cinq continents, cet espace négligé devint une place réservée à la réflexion constructive et à la contemplation, un lieu de partage portant le souvenir de ce qui compte vraiment le plus quand nous grandissons et changeons. Le message de l’artiste est que penser à la mort peut ne pas être angoissant mais, au contraire, rend notre vie claire. En quelques sortes, la mort éveillant à la vie d’un point de vue métaphorique (la maison abandonnée se transformant en espace de création), symbolique (l’aspiration plutôt que le regret) et dynamique (la participation du public à l’oeuvre en soi).

De l’art au coaching

Quel rapport avec le coaching? En tant que coachs, nous sommes fréquemment confrontés à des clients se sentant dans une impasse, professionnelle ou autre. Malheureux au travail, convaincus qu’ils ne sont pas à leur place sans pour autant savoir comment définir ou réorienter leur carrière, épuisés et se sentant impuissants dans leur propre mal-être, ils sont installés dans une spirale négative. Focalisés sur ce qui ne va pas, fascinés par l’obstacle, éblouis par la peur, sans horizon, il leur devient alors difficile d’éviter l’écueil. Le rôle du coach est à ce moment de leur faire trouver en eux et de ranimer ce qui d’étincelle deviendra flamme avant de devenir à part entière une source d’énergie auto-régénératrice. C’est alors inverser la polarité de la spirale et faire en sorte que chaque nouveau pas soit vu comme une étape d’expansion conscientisée et d’épanouissement endogène, l’individu étant au centre d’un cercle vertueux.

Là où l’oeuvre de Candy Chang est source d’inspiration, c’est dans la question qui y est donnée au coach pour déclencher ce processus: 

« Que voulez-vous avoir fait avant de mourir? »

Par une telle question – certes provocante – futur et présent se télescopent et réveillent potentiellement des rêves oubliés dans un vivier où énergie et enthousiasme pourront être puisés. C’est également une question pouvant amener à réfléchir sur le thème de la mission, de la raison d’être, de ce que l’individu veut laisser derrière lui. En effet, de ce qu’il souhaite faire avant qu’il soit trop tard sera identifié un système de valeurs et de croyances porteuses profondément ancrées en lui et où le coach trouvera matière à explorer.

En conclusion

De trouver l’amour à l’Atlantide, de devenir une source d’inspiration à voir un élan, d’avoir un bateau à être publié (autant d’exemples trouvés sur les murs de Candy Chang), peu importe le rêve si le coach est à l’écoute du dit et du non-dit. Et si l’écart entre aspiration et réalité semble insurmontable et donc non réaliste pour devenir un objectif de coaching à part entière, laissons-y plutôt voir au coaché l’occasion de faire un pas de plus vers la découverte de soi et donc une source d’inspiration vers l’action.

Et n’oublions jamais que si le coaching est une danse, la danse est bel et bien un art.

 

Leave a Comment

Insight #11

insight, coaching, emotions

“Vient le moment où le monde s’apaise et où la seule chose qui reste est votre propre cœur. Aussi vous feriez mieux d’apprendre à écouter son chant.  Sinon vous ne comprendrez jamais ce qu’il vous dit.”

“There comes a time when the world gets quiet and the only thing left is your own heart. So you’d better learn the sound of it. Otherwise you’ll never understand what it’s saying.”

― Sarah Dessen, Just Listen

Leave a Comment

Un choix difficile ? Une bénédiction !

Cedric Lefebvre, insight, coaching, choix

 

Un angle différent

C’est une vision enthousiaste et non dénuée d’humour que la philosophe Ruth Chang partage avec nous dans cet exposé sur le concept de choix et en particulier de choix difficile.

Elle y défend l’idée selon laquelle le stress et les peurs qui sont généralement associés à la difficulté de faire un choix sont renforcés par notre tendance non pas instinctive mais culturelle à vouloir à tout prix prendre une décision selon des critères rationnels, à savoir opter pour la meilleure solution.  Cela dit, suivre un tel processus n’est possible que lorsque les options mises dans la balance sont réellement comparables, c’est-à-dire mesurables selon des critères définis, et qu’un raisonnement cartésien nous permet d’opter pour la meilleure solution, tel que nous le faisons dans une situation de choix facile.

Recourir à notre pouvoir normatif

La difficulté que l’on peut éprouver à choisir ne veut donc pas dire que nous sommes stupides ou que les options sont aussi valables l’une que l’autre.  Comme Ruth Chang le dit, les choix difficiles sont difficiles, non pas à cause de nous ou de notre ignorance.  Ils le sont pour la simple et bonne raison qu’il n’existe pas d’option idéale.  Et de la même façon que nous prenons la liberté de choisir nos hobbies, nous avons la possibilité de recourir à notre pouvoir normatif et de créer nos propres critères lorsque nous faisons face à des alternatives équivalentes.  La décision sera toujours rationnelle et cette fois légitimée par nous-mêmes.  Vouloir faire le meilleur choix est dans ce type de cas une quête impossible.  Ce qui est possible, c’est décider qui nous voulons être, embrasser notre décision comme étant celle au travers de laquelle se reflétera notre identité pour que nous puissions vivre notre vie.

Vidéo en anglais avec option de sous-titres français.

Loin du pessimisme d’un Marcel Proust pour qui « dès qu’il y a choix il ne peut être que mauvais », elle y voit ainsi une bénédiction, rejoignant peut-être Jean-Paul Sartre lorsqu’il nous disait que « Nous sommes nos choix ».  Avoir le choix – aussi difficile soit-il – c’est avoir l’opportunité de s’affirmer, de se réaliser et de prendre peut-être plus consciemment le contrôle de notre existence.

Le rôle du coach

C’est là que le coach a une responsabilité vis-à-vis du coaché.  Plutôt que d’aider celui-ci à faire l’illusoire meilleur choix, le coach lui fera prendre conscience du bonheur que peut revêtir cette liberté, lui faisant transformer l’énergie négative et limitante de ses peurs en une énergie positive et constructive.

1 Comment

Insight #7

Cedric Lefebvre, insight, coaching, life, rome, borghese
« Les deux jours les plus importants de votre vie sont le jour de votre naissance et le jour où vous comprenez pourquoi vous êtes né. »

« The two most important days in your life are the day your are born and the day you find out why. »

― Mark Twain

 

Leave a Comment

« Do You Do It, or Does It Do You? »

Alan Watts by Nat Farbman/Time Life Pictures
Alan Watts by Nat Farbman/Time Life Pictures

How would you really enjoy spending your life?

An inspiring speech from the late Alan Watts (1915-1973), a British-born philosopher considered as the foremost interpreter of Eastern disciplines for the contemporary West.

He dropped some seriously wise words on doing what you love during your life and not settling for anything just because there’s a paycheck attached.

For more information about or lectures by Alan Watts: Website and YouTube channel.

 

Leave a Comment

Insight #1

Jung, self, freedom, identity

 

“Le privilège d’une vie est de devenir qui vous êtes vraiment.”

“The privilege of a lifetime is to become who you truly are.”

― Carl Gustav Jung

 

Leave a Comment