Skip to content

La dopamine, les réseaux sociaux et internet

Paul Delvaux, insight, coaching, dopamine, plaisir
Paul DELVAUX – Paysage aux lanternes, 1958 – Huile sur panneau, 120 x 156,5 cm

 

La dopamine est un est un neurotransmetteur synthétisé dans divers endroits de notre cerveau. Elle intervient notamment dans la motivation, nous poussant à chercher et chercher encore jusqu’à ce que nous trouvions l’objet de notre désir ou atteignons notre objectif. Elle nous rend curieux, nous pousse à la recherche d’informations dans un comportement visant à l’efficacité. Combinée au système opioïde endogène, elle intervient donc dans la chimie du plaisir comme dans celle de la survie de l’individu et donc de l’espèce.

Ceci dit, il semblerait que le système dopaminergique est plus puissant que le système opioïde, faisant de la recherche du plaisir un élément plus important que le plaisir en soi. Ainsi, pour l’être humain, chercher de la nourriture importe plus que se sustenter ou, autrement dit, avoir ses sens en alerte booste davantage que de contenter ceux-ci. On pourra parler de tendance à l’addiction ou d’impossible satiété.

Cet apparent paradoxe est poussé à l’extrême par les nouvelles technologies et internet. En effet, la plupart d’entre nous ont la chance d’échapper au devoir de quête de nourriture pour leur survie. Par contre, le besoin d’informations, de contacts, d’achat immédiat, de réponses ou de découverte est quant à lui renforcé par les médias sociaux de façon générale et nos smartphones en particulier. En fidèles compagnons omniprésents, ceux-ci procurent la satisfaction immédiate de ces besoins et sont une perche tendue à de nouvelles explorations, stimulant la production quasi continue de dopamine.

Lorsque l’on sait que l’exposition à un événement imprévu stimule également la production de dopamine, nous comprenons l’impact des alertes, pop-ups, sonneries et autres notifications apparaissant à nos écrans. Une stimulation en appelle une autre, puis une autre et encore une autre, aliénant la conscience et la prise de recul. Peu importe que l’on trouve tant que l’on cherche en une quête insatiable ou le plaisir devient impossible.

Comment sortir de ce cercle infernal ? Et si vous commenciez par régler les paramètres de votre smartphone et limitiez les alertes… pour commencer !

 

Sources : Psychologytoday.com, National Center for Biotechnology Information

 

One Comment

Laisser un commentaire