Skip to content

Catégorie : Get inspired

Insight #125

monsters, coaching, art, beauty
Carel WILLINK – De eeuwige schreeuw (The Eternal Cry),1964 – huile sur toile, 114 x 140 cm

 

“Quand un monstre n’est-il plus un monstre ? Oh, lorsque vous l’aimez.”

“When is a monster not a monster? Oh, when you love it.”

― Caitlyn Siehl

 

Leave a Comment

Comment être artiste… ou comment s’épanouir ?

francis bacon, henri matisse, coaching, epanouissement
Francis BACON – Autoportrait, 1978 – Huile sur toile, 198 x 147 cm (à gauche)
Henri MATISSE – Boléro violet, 1937 – Huile sur toile, 55 x 33 cm (à droite)

 

Aussi différentes furent les vie d’Henri Matisse et de Francis Bacon, chacun de ces artistes peut en quelque sorte servir de mentor à ceux qui cherchent de l’inspiration en matière d’épanouissement personnel. 

Et si Matisse et Bacon s’adressaient aux artistes, leur enseignement peut être généralisé à la plupart des professionnels. Provenant de leurs écrits ou d’interviews qu’ils ont accordées, voici quelques idées à mûrir…

Francis Bacon

  • Accueillez vos erreurs. ― Embrassez la spontanéité, acceptez les « accidents » comme s’ils faisaient partie intégrante de votre évolution, vous permettant d’atteindre une véritable franchise émotionnelle. L’expression de cette spontanéité ressemble pour l’artiste à l’éclosion inattendue de sentiments passionnés et débridés. Elle ouvre la voie à la différenciation.
  • Sortez des sentiers battus et du conventionnel. ― Bacon suggérait de laisser l’abstraction transmettre la sensation. Il pensait que la déformation de figures et d’images lisibles révélait des émotions d’une manière que la représentation directe ne pouvait pas faire.
  • Accordez-vous du temps pour vous connecter seul à vos émotions. ― « Les sentiments de désespoir et de malheur sont plus utiles à un artiste que le sentiment de satisfaction, car le désespoir et le malheur étirent toute votre sensibilité », disait-il. S’il est important de célébrer nos succès, accueillir l’émotion est un principe maturant.
  • Développez votre conscience de soi. ― Bacon affirmait que la finalité de l’art est de nous fournir le fait, la vérité de ce que nous sommes. Aussi, observez l’art car il vous apportera autant que si vous passiez au processus créatif vous-même.

Henri Matisse

  • Maîtriser les bases, et puis soyez expressif. ― Matisse a comparé cette période d’apprentissage artistique à celle d’un acrobate qui exécute son numéro avec une facilité apparente, nous faisant perdre de vue le long travail préparatoire qui lui a permis d’atteindre ce résultat.
  • Inventez vos propres règles. ― « Un nouveau tableau doit être unique… L’artiste doit rassembler toute son énergie, sa sincérité et la plus grande modestie, pour briser les vieux clichés qui viennent si facilement à la main en travaillant », disait-il. Alors développez votre propre style, soyez vous-même, exprimez l’essence de votre être, quelle que soit votre profession.
  • Entourez-vous de choses que vous aimez, elles vous inspireront. ― « L’objet est un acteur », a-t-il un jour affirmé. Ajoutant: « Un bon acteur peut avoir un rôle dans 10 pièces différentes ; un objet peut jouer un rôle différent dans 10 images différentes ». Voyez donc le monde comme un stimulus. Ce que vous aimez reflète ce qui est en vous qui n’attend qu’à s’exprimer.
  • Vivez votre passion. ― Matisse enjoignait les artistes à ne rien laisser les empêcher de faire de l’art – Même quand sa condition physique s’est détériorée, le forçant à abandonner la peinture, Matisse a continué à faire de l’art sous forme de découpages, une technique de papier découpé qu’il a explorée pour la première fois au cours de la décennie précédente. « Je suis toujours là. Je me concentre sur une seule chose, mon travail, pour lequel je vis ». L’épanouissement au-delà de toute souffrance.

 

Source: Artsy.com

 

Leave a Comment

Insight #124

leonor fini, coaching, sphinx, sérénité, métamorphose, metamorphosis
Leonor FINI – Le Sphinx ou Sphinx Sérénité, 1973 – Huile sur papier sur panneau, 65 x 50 cm.

 

“J’aime me sentir dans un état de métamorphose comme certains animaux et plantes.”

“I like to feel myself in a state of metamorphosis like certain animals and plants.”

Leonor Fini

 

Leave a Comment

What are your drivers? Take the online test!

transactional analysis, leonor fini, online test
Leonor FINI – L’abreuvoir de nuit, 1963 – Huile sur toile, 75 x 170 cm

 

Pour la version française, cliquez ici.

Context

From ego states to life scenarios, Transactional Analysis (TA) developed by Canadian psychiatrist Eric Berne provides a theoretical framework to help us become aware of and understand what is happening in the here and now.

With this in mind, Taibi Kahler developed a model in the 1970s describing six personality types. These types correspond to combinations of characteristics related to needs, preferred communication channels, behaviour under stress and, above all, to five drivers (or working styles). These are five convictions that direct our behaviour under mild stress:

    • Be perfect
    • Be strong
    • Try hard
    • Please others
    • Hurry up

In this way, these five drivers are developed by each of us during childhood following the repetition of messages sent by the referring adults. These drivers correspond to what we identify as the behaviour we need to adopt to preserve our own safety. For example, a repetition of « You’re not nice! » will give the driver « Please others»  and « Aren’t you done yet? » will give « Hurry up ». Similarly, « Be a man, don’t cry » will lead to « Be strong », « Come on, try again » will lead to « Try hard », and « That’s good, but you could have done better » will lead to « Be perfect ».

However Claudie Ramond says that these drivers are not universal as Taibi Kahler said, but specific to the Western Christian world. In Asia, as in Muslim culture, the main binding message would be: « Be faithful » (to your family, your clan, your religion, etc.). And others would certainly exist.

 

The drivers, what for?

Universal or not, the drivers we developed in our childhood are useful when they allow us to interact with our environment and progress in the desired direction. In a professional setting, they can have beneficial effects for the subject as well as for the company if they are aligned with the position held.

However, these unconscious prisons, which are repetitive processes and sources of stress, can be disabling and lead us in the quest for unreachable ideal behaviour, undermining our self-esteem. They are then real mechanisms of self-sabotage of our own projects.

Thus, as soon as we identify and understand our drivers, and as soon as we can give ourselves permission (if it is not given to us by others), we can use them instead of being driven by them.

 

What are your drivers? Take the online test here!

In order to take the (free) online test and access your results immediately, click here.

 

Leave a Comment

Quels sont vos drivers ? Faites le test !

rene magritte, drivers, transactional analysis, test en ligne
René MAGRITTE – A la rencontre du plaisir, 1962 – Huile sur toile, 46 x 55 cm

 

For the English version, click here.

Le contexte

Des états du Moi aux scénarios de vie, l’analyse transactionnelle (AT) développée par le psychiatre canadien Eric Berne fournit un cadre théorique nous permettant de prendre conscience et de comprendre ce qui se joue ici et maintenant.

Dans cette perspective, Taibi Kahler a élaboré dans les années 70 un modèle décrivant six types de personnalité. Ces types correspondent à des combinaisons de caractéristiques liées aux besoins, aux canaux de communication privilégiés, au comportement sous stress et surtout à cinq drivers (encore appelés « messages contraignants » ou « pilotes de vie ») à savoir cinq convictions qui dirigent notre comportement sous stress léger :

    • Sois parfait
    • Sois fort
    • Fais des efforts
    • Fais plaisir
    • Dépêche-toi

En fait, ces cinq drivers sont élaborés par chacun d’entre nous durant l’enfance suite à la répétition de messages émis par les adultes référents. Ces drivers correspondent à ce que nous identifions comme étant le comportement à adopter pour préserver notre propre sécurité. Par exemple, une répétition de « Tu n’es pas gentil ! » donnera le driver « Fais plaisir » et « Tu n’as pas encore fini ? » donnera « Dépêche-toi ». De même, « Sois un homme, ne pleure pas » entraînera un « Sois fort »,  « Allez, essaie encore » engendrera un « Fais des efforts » et « C’est bien mais tu aurais pu faire mieux » développera un « Sois parfait ».

Pour sa part, Claudie Ramond affirme que ces drivers ne sont pas universels comme l’affirmait Taibi Kahler mais propres au monde chrétien occidental. En Asie, comme dans la culture musulmane, le principal message contraignant serait: « Sois fidèle » (à ta famille, à ton clan, à ton pays, à ta religion, etc.). Et d’autres existeraient probablement.  

 

Les drivers, pour… quoi ?

Universels ou non, les drivers que nous avons développés dans notre enfance sont utiles lorsqu’ils nous permettent d’interagir avec notre environnement et de progresser dans la direction recherchée. Par exemple, dans un cadre professionnel, ils peuvent avoir des effets bénéfiques pour le sujet comme pour l’entreprise s’ils sont alignés avec la fonction occupée.

Cependant, ces prisons inconscientes, processus répétitifs et sources de stress, peuvent aussi être limitantes et nous entraîner dans la quête d’un comportement idéal inatteignable, mettant à mal l’estime de soi. Ce sont alors de véritables mécanismes d’auto-sabotage de nos propres projets.

En d’autres termes, ces messages contraignants ne sont en soi ni bons ni mauvais. Ils sont à la fois des atouts et des handicaps potentiels. Ce sont en somme des points de vigilance.

Ainsi, dès le moment où nous identifions et comprenons nos drivers, et dès l’instant où nous pouvons nous donner la permission (si celle-ci ne nous est pas donnée par autrui), nous pouvons les utiliser plutôt que d’être pilotés par eux. Pour alors viser la qualité sans se noyer dans les détails. Apprendre de ses erreurs et oser demander de l’aide. S’autoriser à réussir sans se compliquer la vie. Aider ou soutenir les autres tout en pouvant dire non. Etre efficace dans l’urgence sans travailler systématiquemet dans la précipitation.

 

Quels sont vos drivers ? Faites le test en ligne ici !

Pour passer (gratuitement) le test et accéder immédiatement à vos résultats, cliquez ici.

 

Leave a Comment

Insight #123

Hans Hartung, heroism, grass, coaching
Hans HARTUNG – T1963-R48, 1963 – Peinture vinylyque sur toile, 100 x 161,5 cm

 

“J’aime quand une fleur ou une petite touffe d’herbe pousse à travers une fissure dans le béton. C’est tellement héroïque.”

“I like it when a flower or a little tuft of grass grows through a crack in the concrete. It’s so fuckin’ heroic.”

― George Carlin

 

Leave a Comment

Six conseils d’artistes pour éviter le burnout

magritte, burnout, coaching
René MAGRITTE – L’incorruptible, 1940 – huile sur toile, 54 x 73 cm

 

Les artistes ont la chance d’exercer un métier qui est aussi leur passion. Ce qui, paradoxalement, en fait un danger, le danger que ce qui leur procure tant de plaisir leur fasse aussi ressentir du stress et de l’anxiété, jusqu’à l’épuisement. Le mot est dit : burnout.

Comme l’exprime Amelia Nagoski, le burnout  est l’expérience de se sentir dépassé et épuisé par tout ce que l’on a à faire, tout en étant inquiet de ne pas en faire assez,

Voici donc six conseils d’artistes repris dans un article d’Artsy Magazine.

  1. Accordez-vous une pause.
  2. N’hibernez pas, aussi tentant cela puisse être.
  3. Ayez une activité créative… mais sans rapport avec votre activité professionnelle.
  4. Distrayez-vous et inspirez-vous de la créativité des autres.Plus spécifquement pour les artistes :
  5. Réalisez que l’art peut être un travail – et que c’est très bien ainsi.
  6. Ne tombez pas dans le mythe romantique de l’artiste torturé.

Et souvenez-vous que l’épuisement professionnel ne fait que vous assurer que vous serez trop épuisé pour mettre vos brillantes idées en pratique.

 

Leave a Comment

Insight #122

magritte, hope, insight, coaching
René MAGRITTE – Les barricades mystérieuses, 1960 – Gouache sur papier, 19 x 25 cm

 

“C’était la possibilité de l’obscurité qui rendait la journée si lumineuse.”

“It was the possibility of darkness that made the day seem so bright.”

― Stephen King

 

Leave a Comment

Why boredom is actually good for you

boredom, insight, coaching, sandi mann
Video produced by BBC Reel

 

Many people believe there is no benefit to boredom, but it is a very important emotion, according to the UK psychologist and author Sandi Mann.

In this brief animation, the UK psychologist and author Sandi Mann explores how embracing boredom and letting our minds wander can get us to step off the ever-accelerating hedonic treadmill, and might even encourage creativity.

« Boredom is a really important emotion. When you’re bored you tend to daydream and your mind wanders, and this is a very very important part of the process and this is something we can apply to our day-to-day lives because if you find that you’re stuck on a problem or you’re really worried about something and you can’t seem to find a way out, just be bored and let your mind wander and you might just find that creative solution will pop into your head.

So one way that we can really embrace boredom in our lives is to stop swiping and scrolling our boredom away. So what we tend to do is when we’ve got a bit of downtime is that we get our phones immediately or our devices out. We’re sort of afraid of boredom we’re afraid to let boredom into our lives. We get a dopamine hit from new and novel experiences and of course everything that is stimulating is new and novel, and so the more we have the more we need. And this kind of lowers the threshold for boredom.

So paradoxically the way to deal with boredom is to allow more of it into our life. So put your phones away and just let yourself be and let your mind wander. That’s really important so that you can get used to it and you can learn to manage it yourself. »

 

Leave a Comment