Skip to content

Étiquette : work-life balance

Why Your Life Is Not A Journey

 

« The existence, the physical universe is basically playful. There is no necessity for whatsoever. It isn’t going anywhere. It doesn’t have a destination that it ought to arrive at. But it is best understood by analogy with music. Because music, as an art form, is essentially playful. We say you play the piano, you don’t work the piano. Why? Music differs from, say, travel. When you travel you’re trying to get somewhere. In music, though, one doesn’t make the end of the composition. The point of the composition. If so, the best conductors would be those who played fastest. And there would be composers who only wrote finales. People would go to a concert just to hear one crackling chord because that’s the end. Same way with dancing. You don’t aim at a particular spot in the room because that’s where you will arrive. The whole point of dancing is the dance.

But we don’t see that as something brought by our education into our everyday conduct. We have a system of schooling  which gives a completely different impression. It’s all graded and what we do is to put the child into the corridor of this grade system with a kind of, « Come on, kitty, kitty, » and you go to kindergarten and that’s a great thing because when you finish that you get into first grade… and then come on first grade leads to second grade and so on and then you get out of grade school you got high school and it’s revving up, the thing is coming, then you’re going to go to college. And then graduate school, and when you’re through with graduate school you go out to join the world. Then you go into some racket where you’re selling insurance, and they’ve got that quota to make, and you’re gonna make that. And all the time that « thing » is coming. It’s coming, it’s coming. That great « thing ». The success you’re working for. Then you wake up one day about 40 years old and you say « My god, I’ve arrived. I’m there. » And you don’t feel very different from what you’ve always felt.

Look at the people who live to retire, to put those savings away. And then when they’re 65 they don’t have any energy left. They’re more or less impotent and they go and rotten in some senior citizens community. Because we simply cheated ourselves the whole way down the line. We thought of life by analogy with a journey, with a pilgrimage, which had a serious purpose at the end. And the thing was to get to that end. Success or whatever it is, or maybe heaven after you’re dead. But we missed the point the whole way along.  It was a musical thing, and you were supposed to sing, or to dance while the music was being played. »

Alan Watts

http://www.alanwatts.org/

 

Leave a Comment

Le salaire oui… mais pas seulement

Velickovic-Montee
Vladimir VELICKOVIC – Montée / Descente, 1990 – Acrylique et collage – 40 x 28.5 cm

 

Il n’y a pas que le salaire qui motive. C’est ce que démontre une récente étude menée par Kelton pour Cornerstone auprès de 2.000 Américains et 546 DRH de moyennes et grandes entreprises.

Quelques insights parmi d’autres :

  • 89% envisageraient un changement professionnel latéral sans incentive salarial, un taux montant à 94% chez les Millenials. Leur principal critère : davantage de satisfaction personnelle.
  • 77% souhaiteraient une relocalisation et 61% d’entre eux seraient même prêts à quelques sacrifices pour une opportunité de travailler à l’étranger, y compris travailler une demi-heure de plus chaque jour.
  • Seuls 4% des personnes interviewées restent chez leur employeurs en raison de leur salaire ou d’autres avantages et compensations… contre 19% pour l’équilibre vie privée-vie professionnelle qu’ils y trouvent ou tout simplement une évolution de carrière satisfaisante.

Parallèlement, dans une étude menée par LinkedIn, si 50% des personnes ayant rejoint une entreprise de moins de 500 personnes l’ont fait pour le salaire qu’elles ont pu y obtenir, l’impact de la fonction, l’adhésion à la culture de l’entreprise et la vision de celle-ci eurent tout autant d’importance dans leur choix.

 

Sources: Cornerstoneondemand.com, business.LinkedIn.com

 

Leave a Comment

From balance to integration, the role of the coach

Leonor FINI – Yoyageurs au repos, 1978 – Huile sur toile, 73 x 92 cm

 

Personal growth is more than a right, it is a priority. However, considering private and professional lives as concepts between which everyone should find their own balance is not as sustainable as finding a way to integrate them with a holistic view. In such a context, coaches have a key role to play.

While the first mention of the term workaholic dates back to the 1940s, it wasn’t until the seventies that related terms began to be heard, such as burnout and work-life balance.

This balance between ones professional and private lives is still often portrayed as the manifestation of a serene, “economically stable” lifestyle where the individual is able to assign the appropriate importance and thus, the true value to each of these two fundamentally distinct entities: career and the sphere of private life. The Hudson Agency designed a typology of companies based on their wish to encourage a harmonious balance between professional and private life, demonstrating how employees who are able to attain this balance in their lives in turn add great value to their company. An illustration of this can be found in the Gallup study that reveals how an employee’s satisfaction level increases by 50% when they have a close friendship with a colleague at work.

Times are changing

For several years however, the relevance of this very concept of balance has been thrown into question, owing as much to socio-evolutionary reasons as to a progressively different and more philosophical vision of what we still call “work”.

For instance, let us begin simply with the way in which more and more people are practicing, envisaging, or even dreaming of exercising their chosen profession. We are far removed from the époque when one could, without any hesitation, establish an unequivocal connection with a type of work – a trade – a company – a workplace – a career. At present there is a progressive blurring of the line between work and private life due primarily to the necessity of moonlighting, less time-consuming and more ecologically sensible home working and home based businesses.

It is well-known that, much more than mentality, it is new technology that is sustaining this evolution. It annihilates distance and, one day, holograms may even create the perfect illusion of a physical presence in the office. Little by little, robots replace humans (one recent study suggests that 47% of all jobs in the United States will be threatened by this phenomenon within the next two decades – another states that 40% of Australian jobs are at risk of being automated within ten to fifteen years). Relationships between colleagues, clients and suppliers exist in a dimension where contact is virtual and professional activity is not linked to any specific location. And while social network is already a welcome guest at the dinner table as much as in the office, while companies have their “page” and we “like” our colleagues, the multiplication of these platforms will undoubtedly lead to a future fusion if not replacement by a dynamic mega-cloud. Sustaining personal growth in such an instable environment is no longer only a right but a priority.

It is not about nuance

Elsewhere, beyond this evolution, there is clear evidence of an inappropriate discordance between private and professional life. Wanting to establish a balance between two worlds implies they are exclusive and in competition with one another. Speaking of balance leads unavoidably to the idea of imbalance. Keeping one’s balance then, becomes a means, a tactic, rather than an end in itself. Moreover, failing to maintain this balance, or losing it altogether provokes evident stress, a devaluation of the self and, potentially dysfunction, illness, frustration, burnout, death and suicide. The Japanese actually use the term karoshi which means “death caused by an excess of work”.

If the balance between private and professional life is no longer of interest to us, what then is the contemporary approach we should consider? As emphasised by Lisa Earle McLeod and Stew Friedman, we should not henceforth view things from the perspective of a dichotomy; it is neither a question of choice nor opportunity. As much as possible, life and work should complement each other, should be sparked by the same passion, by the same values. Life and work should be congruous. The key is not a tactic then but a holistic vision. The solution is not, then, knowing how to prioritise but how to combine pleasure with raison d’être, essence and activity, fulfilment and professional endeavour. In this way development at work, at home, in the midst of one’s community and within one’s most intimate self becomes accessible and lasting.

So it is not a question of semantics. The concept of integration of private and professional lives, if not a reality, is at the very least a necessity, whether it be reactive (a concession in respect to a current professional situation) or proactive (the conception, implementation or re-orientation of a career plan).

The role of the coach

What is the role of a coach in this context? How can a coach facilitate this transition, specifically where the coach suggests a dichotomous structure in which work and pleasure are perceived as conceptually contradictory? To be precise, it is in suggesting that the structure go beyond an approach centred on time-management, task-prioritisation (or delegation) or even development of assertiveness. In effect, as useful as the teachings gleaned from sessions on these objectives may be, they can but reinforce a black and white vision, deprived of any nuance. With the client’s consent, the coach will first of all initiate an exploration of the self, followed by awareness and finally the full expression of their raison d’être.

The questions available to the coach while accompanying the client on their journey are numerous. From the classic “What is important to you?” to the more subtle “What were your childhood dreams?” and to the playful “What absorbs you to the point of forgetting to eat?” the coach is spoilt for choice in helping the coachee to find what excites them in a context involving others and to explore it calmly.

It matters little whether this raison d’être becomes a motto or a mood-board, but rather that the coachee finds a method that they will make their own, that they will take charge of and deploy in order to join the dots – around whichever sphere they may gravitate – of the things that provide a source of pleasure, that evoke enthusiasm, that represent imagined and desired development. In other words, the coach must aid the coachee to feel on an abstract level, what their true essence is. By embedding this feeling in advancement and action, the coach will enable the client to observe their own actions and points through a prism to which only they have access. The coach thus invites the client to calibrate the tool, intensifying the most useful aspects while moderating or ceasing the rest where possible, guiding them to calmly accept that which they cannot or will not throw away, becoming conscious of the tiniest contribution towards self-realisation.

For the coachee, it is not about resignation or capitulation but, acceptance, progress and self-development.

***

This article has been published in International Coaching News Issue 12 (pp 50-52) on personal coaching.  It was originally published here in this blog, in French. 

 

Leave a Comment

Vie privée, vie professionnelle… de l’équilibre à l’intégration (2/2)

insight, coaching, balance, équilibre

Comme présenté dans un précédent article, la notion d’intégration semble plus appropriée que celle d’équilibre lorsque l’on met en perspective vies privée et professionnelle.

Tandis que la technologie permet de plus en plus fréquemment de relativiser la notion de lieu de travail, tandis que, peu à peu, les robots se substituent à l’homme (une étude récente avance le chiffre de 47% des emplois aux Etats-Unis qui seront menacés au cours des deux prochaines décennies de par ce fait – une autre que 40% des emplois australiens risquent d’être automatisés dans les dix à quinze prochaines années), l’épanouissement personnel dans un cadre instable n’est plus seulement un droit mais une priorité.  Si les frontières entre deux mondes s’estompent, alors seule une approche globale ou plutôt holistique se révèle une seule solution viable à long terme.

N’oublions pas que, comme le souligne Helen Langer, « il y a du stress tant dans la vie privée que dans la vie professionnelle. Il y a des horaires à respecter.  Si vous les maintenez séparés, vous n’apprendrez pas à transférer ce que vous faites brillamment d’un domaine à l’autre. Lorsque l’on est pleinement conscient, nous réalisons que ces catégories sont arbitraires et ne nous limitent pas.  Souvenons-nous aussi que le stress n’est pas fonction des événements; c’est une fonction de la façon dont nous considérons les événements. »

Le rôle du coach

Dans ce contexte, quel peut être l’apport du coaching ?  Comment peut-il favoriser cette transition, en particulier dans une situation ressemblant à une structure dichotomique où travail et plaisir sont perçus comme conceptuellement antinomiques? Précisément, c’est en suggérant d’aller au-delà d’une approche centrée sur la gestion du temps, sur la priorisation des tâches (voire leur délégation) ou encore sur le développement de l’assertivité.  En effet, aussi utiles que soient les enseignements tirés de sessions portant sur ces objectifs, ceux-ci ne peuvent que renforcer l’opposition vie privée-vie professionnelle, vision faite de noir et de blanc, dépourvue de nuances. Le coaching doit donc envisager l’exploration, puis la conscientisation et enfin l’expression de la raison d’être

Les questions invitant à un tel voyage sont nombreuses.  De la classique « Qu’est-ce qui est important pour vous? » à la plus subtile « Quels étaient vos rêves d’enfant? » en passant par la ludique « Qu’est-ce qui vous passionne au point de vous faire oublier de manger? », toutes ont pour but d’amener à entrevoir cette énergie qui fait vibrer dans un contexte impliquant autrui avant de l’explorer avec sérénité.

Peu importe que par la suite cette raison d’être soit traduite en devise ou en mood-board, tant que le coaché trouve le medium qu’il fera sien, qu’il s’appropriera afin d’aligner chacune de ses tâches sur ce qui est pour lui une source de plaisir, d’enthousiasme, de développement réfléchi et souhaité.  En d’autres termes, au coach de faire faire au coaché davantage que sentir à un niveau abstrait ce qu’est son essence. En inscrivant le coaché dans le mouvement et dans l’action, le coach lui fera observer ses actes et tâches au travers de ce prisme qui appartient à lui seul. Il l’invitera alors à les lui faire calibrer en fonction, intensifiant ce qui le porte le plus et modérant voire cessant le reste lorsque c’est possible, et le conduira à accepter sereinement ce à quoi il ne peut ou veut échapper en prenant conscience de la plus infime contribution apportée à la réalisation de soi.

Pour le coaché, il ne s’agit alors plus de résignation ou de capitulation mais d’acceptation, de progression et d’épanouissement.

 

1 Comment

Vie privée, vie professionnelle… de l’équilibre à l’intégration (1/2)

insight, coaching, équilibre, balance, integration

 

Quand on parle d’équilibre…

Si la première mention du terme workaholic (traduit maladroitement en français par « bourreau de travail ») remonte à 1947 selon l’Oxford English Dictionary, il a fallu attendre les années 70 pour que l’on évoque les concepts de burnout et de work-life balance.

Cet équilibre entre vie professionnelle et vie privée est encore souvent présenté comme le reflet d’une vie épanouie et « économiquement appropriée » où l’individu parvient à accorder le juste poids, la juste valeur à chacune de ces deux entités fondamentalement distinctes: la carrière et la sphère intime. C’est ce qu’a illustré l’agence Hudson en établissant une typologie des entreprises en fonction de leur propension à encourager l’harmonie entre vie professionnelle et vie privée, mettant aussi en évidence que ceux des employés qui atteignent l’équilibre apportent davantage de valeur à l’entreprise. A titre d’anecdote, relevons cette étude réalisée par Gallup selon laquelle la satisfaction d’un travailleur augmente de 50% s’il a un ami proche parmi ses collègues.

L’équilibre, un concept qui n’est plus approprié

Depuis quelques années cependant, la pertinence même de ce concept d’équilibre est remise en question, tant pour des raisons d’évolution sociétale que suite à une vision progressivement différente et plus philosophique de ce que l’on nomme encore « travail ».

De fait, commençons tout simplement par la façon dont de plus en plus de gens exercent, envisagent ou même rêvent d’exercer leur profession.  Nous sommes en effet très loin de l’époque où l’on pouvait établir sans la moindre hésitation un lien univoque du type un travailleur – un métier – une entreprise – un lieu de travail – une carrière.  A l’heure actuelle, entre cumul d’emplois par nécessité, télé-travail (home working) moins chronophage et écologiquement correct et travail à domicile (home based business), les frontières entre travail et vie privée s’estompent progressivement.

Bien entendu, bien plus que les mentalités, les nouvelles technologies sous-tendent cette évolution. Elles annihilent les distances et, un jour, les hologrammes pourront même parfaire l’illusion d’une présence au sein de l’entreprise. Les relations entre collègues comme entre clients et fournisseurs basculeront dans une dimension où le contact sera virtuel mais aussi où l’activité professionnelle ne sera plus associée à un endroit spécifique. Pour l’individu, l’absence d’un lieu de travail centralisé et unique sera bientôt la norme. Des tâches de plus en plus complexes seront effectuées par des machines, des robots à l’intelligence artificielle occuperont des responsabilités managériales. Et tandis que les réseaux sociaux s’invitent déjà tant à notre table qu’au bureau, que les entreprises ont leur « page » et que nous « likons » nos collègues, la multiplication de ces plateformes entraînera sans doute à terme leur fusion voire leur remplacement par un mégacloud dynamique.

Par ailleurs, au-delà de cette évolution, nous pouvons surtout déceler dans le concept d’équilibre vie privée – vie professionnelle une discordance inappropriée. Vouloir établir un équilibre entre deux mondes implique que ceux-ci sont exclusifs et en compétition. Parler d’équilibre induit nécessairement l’idée de déséquilibre. Maintenir l’équilibre devient alors un moyen, une tactique, pas une fin en soi ni une stratégie. De plus, ne pas parvenir à cet équilibre ou le perdre entraîne un stress évident, une dévalorisation de soi et, potentiellement, dysfonctionnement, maladies, frustration, burnout, décès, suicide. Les Japonais utilisent même le terme de karoshi, signifiant « mort due à un excès de travail ».

Parlons plutôt d’intégration

Si l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle n’est donc plus ce vers quoi il nous faut tendre, quelle approche est-il temps de considérer? Ainsi que le soulignent Lisa Earle McLeod et Stew Friedman, ce n’est pas sous forme de dichotomie que désormais nous devons regarder les choses; ce n’est pas une question de choix ou de moment. Autant que faire se peut, vie et travail doivent s’alimenter, être initiés par une même passion, par de mêmes valeurs. Vie et travail doivent être congruents. La clé n’est donc pas une tactique mais une vision holistique.  La solution n’est pas de savoir comment prioriser mais comment unir plaisir et raison d’être, essence et activité, plénitude et activité professionnelle. C’est de cette façon que l’épanouissement au travail, à la maison, au sein de sa communauté et en son soi intime devient accessible et durable.

Il ne s’agit donc pas d’une question sémantique.  Le concept d’intégration des vies privée et professionnelle est sinon une réalité à tout le moins une nécessité, que cela soit de façon réactive (une adaptation par rapport à une situation professionnelle actuelle) ou proactive (une conception, une implémentation ou une réorientation du plan de carrière).  Dans un cas comme dans l’autre, le premier pas vers cette réalité débutera toujours par une démarche de questionnement pouvant être supportée par un coach. Qu’est-ce qui est important pour moi?  Pour quoi suis-je fait?

Le rôle du coaching

Dans un prochain article, j’aborderai précisément ce questionnement et développerai des pistes permettant d’aller à la recherche de cette raison d’être tant du point de vue de l’entreprise (Corporate Coaching) que du particulier (Career Coaching).

 

Leave a Comment